Comment la portez-vous ? Horizontale ou verticale ? Qu’elle soit en abscisse sur un t-shirt ou en ordonnée sur une veste, la rayure ne laisse pas indifférent : tantôt discriminatoire, tantôt marqueur social, elle fut transgressive, aristocratique ou encore romantique, avant de devenir la référence du vêtement de la mer. De Gabrielle Chanel à Jean-Paul Gaultier, elle deviendra cool et incontournable. Et chez Les Grands Ducs, elle nous donne des envies de villégiature…

Symbole des parias

Michel Pastoureau le rappelle dans son ouvrage L’étoffe du diable, la rayure est, depuis toujours, portée comme un signe d’exclusion par les marginaux en tous genres depuis la nuit des temps ! Les saltimbanques, prisonniers, serviteurs et esclaves, mafieux ou malades ont porté des étoffes rayées pour que la société les reconnaisse et ne s’en approche pas. Il en allait de même chez les marins : les matelots bien sûr, ceux qui font la sale besogne, pas les gradés. La tenue bariolée dont ils étaient affublés leur vaudra ainsi d’être surnommés les zèbres

De la mer aux plaisirs de bord de mer

Entre le XIXe et le XXe siècle, la rayure passe de la haute mer au bord de mer, devenant rapidement le vêtement par définition de la société de loisirs. De ce fait associés au monde du sport et à ses codes, les tissus rayés habillent tant les drapeaux des courses automobiles, les fanions d’une équipe que les « rowing blazers » des universités. Une image héraldique issue des tournois du Moyen-Age, des blasons et des écus.

Mais ce sont bien les stations balnéaires qui, les premières, s’approprient la rayure venue du monde de la mer. Bientôt, l’imprimé rayé devient le signe estival par excellence, le symbole du congé, et on la trouve alors envahissant les objets de vacances, de la paille au matelas, des parasols aux serviettes de bain et, évidemment, aux maillots.

« L’oeil voit-il mieux ce qui le trompe ? Opposé à l’uni, le rayé constitue un écart, un accent, une marque. Mais, employé isolément, il devient illusion. »

Michel Pastoureau

La rayure selon Les Grands Ducs

Si l’on aura tendance à éviter la marinière (son col rond très échancré ne convenant pas vraiment à la silhouette masculine mais plus à celle de Madame), lui préférant un t-shirt rayé à manches longues, on s’aventure volontiers du côté du pull marin ! Vous l’aimez uni bleu marine ou écru ? Vous l’aimerez rayé de bleu ou de blanc… A marier à la parka sans doublure pour vous protéger d’un crachin inattendu.

Attention ! Jamais de chemise à rayures horizontales. Plus qu’un faux pas, c’est une véritable hérésie. Lassé de la rayure verticale ? Optez pour la rayure Candy Cane

La veste d’été en coton ou en seersucker, comme le short de bain, accepte facilement les fines rayures bleu marine et blanc. La rayure c’est chic ! Elle donne de la profondeur au blanc et le rend moins transparent pour un vêtement de plage. On peut d’ailleurs facilement se risquer vers d’autres combinaisons comme le rouge et blanc, vert et blanc ou jaune et blanc.

Un été sans espadrilles n’a aucun sens. Choisissez-les rayées ! La version écru rayée bleu marine se porte élégamment avec un vieux jeans.

Pour les plus audacieux, on opte pour un large pantalon en lin à fines rayures avec gros revers. Soit bleu marine à rayure blanc cassé, soit écru à rayure bleu marine. Avec une paire d’espadrilles unies ou de Superga.

 

Guillaume Cadot