Avec l’actualité du Musée Yves Saint Laurent, l’éternelle destination prisée se renouvelle un chouïa. Six raisons qui nous font retourner à Marrakech !

Musée Yves Saint Laurent Marrakech, Fondation Jardin Majorelle © Nicolas Mathéus

Parce que Marrakech est devenue la ville Saint Laurent

En écho à l’inauguration du musée Yves Saint Laurent à Paris, celui de Marrakech, conçu par le Studio KO, a ouvert ses portes la semaine dernière.

Dès sa sortie des Beaux-Arts, le jeune duo Karl Fournier et Olivier Marty fonde le Studio KO, l’une des plus belles success story architecturales de ce début de siècle : concepteurs d’hôtels, de restaurants et de villas privées, rencontrent à Marrakech Pierre Bergé, qui leur confie d’abord la restauration de sa villa à Tanger puis la conception du premier musée de la mode en Afrique, le Musée Yves Saint Laurent Marrakech, réalisé en 3 ans à peine !

Yves Saint Laurent. Place Djemaa El Fna. © Reginald Gray

Comme un tissu, les façades en maille de brique de terre cuite invitent à la découverte de l’intérieur du musée : brique, laiton, terrazzo, granit noir mettent en valeur des costumes rarement présentés au public, des croquis et des photographies dans une muséographie très réussie de Christophe Martin.

La bibliothèque du musée, qui contient un fonds exceptionnel de livres anciens sur le Maroc, la librairie et un café complètent ce nouveau lieu à la vocation didactique évidente, certainement un des futurs incontournables à Marrakech, comme le sont le Jardin Majorelle et le Musée Berbère à deux pas.

Marocain, contemporain, inédit, comme le voulait Bergé, le musée constitue un bel hommage posthume à Yves Saint Laurent, lui qui aimait tant le pays, sa culture, son peuple, sa lumière et ses couleurs…


Parce que Marrakech, c’est aussi le désert et le side-car

Thomas a le charme d’un acteur américain des années cinquante. Après la Chine – ses tours à Shanghai ou autour de Guilin sont mythiques, il a posé ses Oural rutilantes à Marrakech. Au programme : des tours en ville, dont Iconic Ride, le dernier né, sur les traces d’Yves Saint Laurent ou aventure dans le désert, en side-car ! En moins de trente minutes, l’immensité ocre, du sable à perte de vue, du silence, le délice d’un couscous et d’un thé à la menthe servis sous la treille ou des tentes immaculées. On peut même y dormir, il suffit de demander…

Getting lost outside Marrakech. Don’t miss out, nook your adventure with us now!

A post shared by insidersexperience (@insidersexperience) on

Recommandez-vous des Grands Ducs pour un traitement VIP chez Insiders Experience.

Parce que Marrakech, le yoga et moi

Attention cliché ! Il paraît qu’à Marrakech, ex-capitale des plaisirs, on fait du yoga comme on respire. Adeptes du Tigre Yoga Club, c’est par ici : les inscriptions sont ouvertes pour les Retraites avec les grands maîtres du club parisien sous le soleil de Marrakech. Méditation, pratiques du matin ou du soir, relaxation, bains chauds et froids, hammam et gommage au savon noir, gastronomie détox et healthy au bar à salade et ses légumes bio du bled. Pour recharger ses batteries et revenir gorgé d’énergie en France.

Parce que même à Marrakech, on dîne

Es Saadi Palace, établissement familial où les clients sont reçus en amis par la famille propriétaire depuis 50 ans, abrite un joyau : La Cour des Lions.

Ambiance Mille et Une Nuits : blanc immaculé, stucs sculptés, cristaux éblouissants, vue sur l’Atlas, et surtout, LA meilleure cuisine marocaine traditionnelle de Marrakech – parole de Grand Duc !

Sa Chef, Fatema Hal, a reçu le Prix Rabelais 2016, à Paris, pour l’ensemble de son œuvre. Délicatesse, légèreté, générosité, subtilité : les plats se succèdent et emportent les sens dans un voyage gastronomique épicé et réellement inoubliable.

Parce qu’à Marrakech, on dort bien

Outre la toujours superbe Villa des Orangers, les amateurs de riads au cœur de la Medina choisiront l’élégant Riad de Tarabel, pour l’impression de dormir dans le plus beau des magazines de déco.

© La Villa des Orangers

On pense aussi au Selman, imaginé par notre Jacques Garcia national, au service parfait des Four Seasons ou à la piscine lagon du Es Saadi Palace. A défaut d’y dormir, on va au moins boire un verre au Royal Mansour, dont les bâtiments historiques à la décoration éblouissante méritent un coup d’oeil…

© Selman

Parce qu’on peut revenir avec un peu de Marrakech

© El Fenn

Chabi Chic pour ses objets de décoration, les lampes Yahya en vente à La Mamounia, les concept stores 33 Majorelle et El Fenn, pour les vêtements, les huiles d’argan, la vaisselle ou la maroquinerie; enfin le linge brodé, la verrerie traditionnelle, les beaux tapis du petit souk du Beldi Country Club… Parce qu’on peut dépenser nos euros sans culpabilité, en aidant les ONG et les artisans locaux !

Alix Capet