Après un teasing bien orchestré de quelques mois, la nouvelle marque horlogère française Reservoir vient de faire son arrivée en boutique avec des montres au look vintage, inspirées de compteurs anciens. Rien de vraiment révolutionnaire à l’horizon, vous direz-nous, tant le secteur horloger a récemment été abreuvé de montres invoquant le même esprit « mécanique rétro ». Reservoir nous ferait-elle le coup de la panne… d’inspiration ? Justement non, c’est même tout l’inverse.

Un positionnement ambitieux

Histoire de mettre tout de suite les pieds dans le plat, les montres Reservoir sont affichées aux alentours de 3500-4000 euros. Un tarif qui les place au rang de mastodontes comme Omega ou Tudor, et les adresse à un public sensible à la mécanique horlogère. Des amateurs à qui « on ne la fait pas », surtout avec une notoriété en devenir. Comment Reservoir compte-t-elle capter leur attention ?

Swiss made

A ce prix, les montres Reservoir embarquent bien sûr un mouvement mécanique Swiss made, en l’occurrence un ETA 2824-2 éprouvé sur lequel vient se greffer un module maison breveté réunissant 97 pièces. Car elles proposent toutes trois complications, à savoir une minute rétrograde, une heure sautante et l’indication de la réserve de marche. Et les choses sérieuses commencent…

Compliquée, ma non troppo

Car Reservoir ne s’est pas contentée de gimmicks visuels empruntés à la course automobile, l’aviation et la marine militaire, les trois univers dont elle se réclame. Les trois complications viennent en effet appuyer son propos d’une façon à la fois ludique et cohérente. La réserve de marche, à 6 heures, reproduit ainsi les jauges à essence ou à huile ; l’heure sautante en guichet : les compteurs kilométriques mais surtout, la minute rétrograde et sa mono-aiguille suit le mouvement d’un compte-tour, sans jamais effectuer de tour complet du cadran. Au final, une lecture de l’heure originale et évocatrice.

© Bertrand Waldbillig pour Les Grands Ducs

Un style abouti

Reservoir ne propose pour l’instant qu’un seul boîtier de 43mm. Un diamètre plutôt généreux, mais qui s’adapte sans difficulté à toutes les tailles de poignets. Plusieurs finitions et matériaux sont disponibles : acier poli ou satiné, PVD noir… Ainsi qu’une séduisante version en bronze. Notre préférée ? La « GT Tour« , qui évoque sans ambiguïté le mythique compte-tour de la Porsche 911 avec son cadran noir et son aiguille orange.

© Bertrand Waldbillig pour Les Grands Ducs

Ce qu’il faut savoir
1. Créée par un ancien banquier passionné de montres, Reservoir est l’un des plus gros succès horlogers du crowdfunding, avec une levée de fond d’1,35 millions d’euros sur la plateforme Raizers.
2. Le logo de la marque évoque le motif embouti sur les jerricans des Jeep. Bon sang, mais c’est bien sûr !
3. Le réseau de distribution devrait rapidement s’étendre, mais Reservoir est disponible dès son lancement à Paris chez Gentlemen 1919, Colette et le Printemps Haussmann.

 

Bertrand Waldbillig