En bon Grand Duc que vous êtes, impossible de ne pas noter quelques pièces d’exception dans votre agenda. C’est la raison pour laquelle nous nous pencherons régulièrement sur les meilleurs spectacles du moment, les comédiens les plus inspirants, les metteurs en scène les plus audacieux ! Suivez le guide.

« J’aime bien l’idée, mais je ne pense jamais à y aller » ; « je voudrais bien, mais je ne sais pas quelle pièce choisir » ; « je m’y ennuie, je n’ai pas 80 ans »… Oubliez toutes vos excuses pour ne pas aller au théâtre ! C’est bel et bien sur les planches qu’en ce moment, la scène culturelle contemporaine est la plus vive, pertinente, intrigante.

La règle du jeu – Comédie Francaise, © Christophe Raynaud de Lage

Du théâtre et bien plus que ça

On ne fait pas que déclamer au théâtre, devenu un art pluridisciplinaire qui mêle vidéo, danse et musique. De plus en plus de pièces hésitent entre danse et théâtre, développant ainsi une entêtante gestuelle en soutien du texte. D’autres préfèrent utiliser la vidéo (des enregistrements mais surtout des captations en direct), comme récemment La Comédie-Française qui filme ses coulisses dans La règle du jeu (une pièce délirante entre théâtre et cinéma, de retour sur les planches à partir du 20 octobre).

À voir en ce moment : entre danse et théâtre, We love Arabs d’Hillel Kogan, au Théâtre du Rond-Point, jusqu’au 8 octobre 2017. Un chorégraphe israélien et son danseur arabe doivent monter une pièce sur l’identité : l’occasion de révéler les préjugés inconscients du premier et de dénoncer avec beaucoup d’humour le possible ridicule de la danse contemporaine.

Les Jumeaux Vénitiens © Bernard Richebé

Des classiques dépoussiérés

Un Dom Juan qui fredonne Sexual Healing, une Cendrillon qui a rendez-vous avec son Prince dans la boîte de nuit du palais, des pièces de Molière parfaitement exécutées… Les grands classiques de notre inconscient collectif sont revus et corrigés par des metteurs en scène aussi innovants que respectueux du texte originel. Une bonne occasion de refaire votre culture générale et celle de vos enfants sans que l’ennui ne pointe le bout de son nez.

À voir en ce moment : pour rire de bon cœur, Les Jumeaux vénitiens de Carlo Goldoni, dramaturge du XVIIIe siècle, adapté et mis en scène par Jean-Louis Benoît au Théâtre Hébertot. Une mise en scène classique portée par le génie du comédien principal, Maxime d’Abboville, récompensé par le Molière du meilleur acteur l’année dernière pour The Servant, et par l’énergie de la troupe.

En manque, à La Villette à partir du 14 décembre

De la folie et de l’audace

Vous pensez piquer du nez dès les premières minutes d’un monologue poussiéreux ? C’est que vous ne connaissez pas encore Vincent Macaigne ou Thomas Jolly. Le premier distribue des bières aux spectateurs et prête une bâche aux occupants du premier rang, tant le spectacle est salissant. Le second, grimé en un Richard III mi gothique, mi baroque, parvient à faire chanter le respectable public de l’Odéon sur du hard-rock. Et ces deux stars du théâtre contemporain sont loin d’être les seules à ne reculer devant aucune audace.

À voir bientôt : Vincent Macaigne présente pas moins de trois pièces dans le cadre du Festival d’Automne 2017. Je suis un pays, Voilà ce que jamais je ne te dirai et En manque promettent de faire trembler les murs… Rendez-vous à partir du 25 novembre à Nanterre-Amandiers pour les deux premières et à partir du 14 décembre à La Villette pour En manque (on y sera !)

« L’art sauvera le monde » -Fiodor Dostoïevski

Les Damnés, © Christophe Raynaud de Lage

De l’engagement

« L’art sauvera le monde », disait Dostoïevski. On pourrait préciser que dans cette bataille, le théâtre est plus que jamais en première ligne. De jeunes collectifs comme des troupes confirmées affichent fièrement leurs convictions et prennent position, quitte à bousculer certains spectateurs. Au Festival d’Avignon 2017, le Birgit Ensemble, fondé par deux jeunes metteurs en scène, a fait grincer les dents des Eurosceptiques avec Memories of Sarajevo et Dans les ruines d’Athènes. Ces deux pièces ludiques mêlent mythologie, politique et vie quotidienne pour défendre l’idée d’une Europe solidaire. À retrouver au Théâtre des Quartiers d’Ivry à partir du 9 novembre.

À voir en ce moment :  le metteur en scène Ivo van Hove adapte Les Damnés, le film de Visconti, à la Comédie-Française jusqu’au 10 décembre 2017. Après un passage à Avignon et à Paris, les comédiens du Français (Elsa Lepoivre, Guillaume Gallienne, Didier Sandre, Denis Podalydès, entre autres) enfilent à nouveau les habits d’industriels allemands broyés par la machine infernale du nazisme. Vidéos en direct, éclaboussures, mise en perspective… Tout y est.

Louise Bollecker
Image à la une : La salle Molière de la Comédie-Française, ©Cosimo Mirco Magliocca / Comédie-Française