On n’a jamais autant vanté les mérites à rester chez soi, prônant le bonheur d’un nid douillet, à coups de nesting, cocooning et autres home sweet home. Qu’en est-il de la tenue pour la vivre, cette hibernation ? Pyjamas et robe d’intérieur semblent faire un retour (re)marqué dans la garde-robe de l’homme moderne. Alors, prêts à enfiler cette robe de chambre ?

Winston Churchill, inimitable en robe de chambre

Comme Cary Grant, on ne baisse jamais la garde… du style, chez soi comme à l’extérieur. Au placard, ce jogging qui a perdu sa forme (et qui n’en a d’ailleurs jamais eu), oubliez aussi ce sweater de collégien et regardez plutôt du côté de cette élégante robe de chambre, dernier rempart de l’élégance masculine contre le laissez-aller du dimanche matin…

Porter beau chez soi : à la Sean Connery ou David Niven

Rien de mieux pour quitter son lit chaud et douillet sans perdre une once de chaleur ! Enveloppé de votre robe de chambre, vous faites une entrée triomphante dans votre salon et démarrez vos lectures matinales dans la plus pure tradition.

Robert Shaw dans The Sting (1983)

La pauvreté a ses franchises ; l’opulence a sa gêne” affirme ainsi Denis Diderot dans son essai Regrets sur ma vieille robe de chambre (1772). Alors oui, osez la richesse de l’étoffe de soie pour couvrir la rayure fine d’un pyjama en coton d’Egypte, glissez vos pieds dans vos slippers et… gérez vos affaires depuis votre canapé.

Remplacer votre dinner jacket

L’artiste Julian Schnabel ne quitte pas ses superbes pyjamas créés par sa femme (Olatz Lopez Garmendia), l’artiste Jean-Michel Basquiat errait en robe de chambre dans les rues de New York en taguant des SAMO, les boxeurs enfilent leurs peignoirs satinés pour se rendre sur le ring comme Rocky Balboa.

Sean Connery en James Bond dans Thunderball, 1965

Et vous ? Recevez vos amis à dîner en robe d’intérieur ! Pantalon sombre et slippers aux pieds, choisissez-là un peu courte, elle s’accordera parfaitement avec votre chemise blanche et noeud papillon !

Vous êtes un schnock dans l’âme. Osez la couleur pimp !

La robe de chambre violine croisée sur le torse velu de Jean-Pierre Marielle, le beauf magnifique du film Comme la lune, réveille le bellâtre qui sommeille en vous. Ah, “ça mitraille sec là, ça éclabousse !” Pensez aussi à la version Hugh Hefner, rouge sulfureux. Ce “déshabillé des hommes” comme on le désignait au siècle libertin n’a jamais aussi bien porté son nom…

Guillaume Cadot

On la trouve où ?

So British chez Anderson & Shepard ou Derek Rose
Elégance française chez Charvet
Fatte a Mano chez Roberto Ricetti
Preppy style chez Sleepy Jones (et c’est David Coggins qui signait la collaboration en novembre dernier)