Récemment, le château Cos d’Estournel lançait COS100, un vin rendant hommage à l’histoire du domaine. Chargé de symboles, issu de vignes de Merlot centenaires, il était présenté lors d’une vente publique organisée à New York le 28 février dernier, récoltant 250 000 dollars au passage, et sera à nouveau proposé au feu des enchères le 10 mars prochain, à Hong Kong…

© Cos d’Estournel

Un château bordelais iconique, en plein cœur du Médoc, une bâtisse majestueuse ornée de ses mythiques pagodes. Derrière l’opulente façade, on découvre un lieu d’une modernité et d’une sobriété remarquables, et notamment un chai unique, pensé pour offrir les meilleures conditions à l’élaboration et au stockage du vin. A Cos d’Estournel, l’architecture est au service de la fonction technique du bâtiment.

Le cœur de la propriété, ce sont aussi ses vignes. Le nom poétique des différentes parcelles ne laisse rien au hasard : Le Chêne, le Manège, L’horloge, Les 6 Sadons de la Mule… Et la Parcelle des Femmes, qui tient une place à part dans le vignoble. Son nom rend en effet hommage aux femmes restées au domaine alors que les hommes étaient au front et qui, en 1915, ont planté ces vignes aujourd’hui centenaires. De vieilles vignes de Merlot qui signent l’identité des vins de la propriété : elles sont l’une des pièces maîtresses des assemblages.

Le chai © Cos d’Estournel

La vendange 2015 de ces vignes, millésime exceptionnel, a donné deux barriques, que le domaine a choisi de dévoiler, une fois n’est pas coutume, sans assemblage. Un vin unique, donc, né des raisins de cette seule parcelle centenaire, et baptisé COS100.

Des deux barriques récoltées, 100 double magnums (3 litres) et 10 Balthazars (12 litres) seulement sont proposés : c’est peu dire que COS100 est un vin rare. Deux Balthazars et deux double-magnums sont ainsi mis aux enchères à New York et Hong Kong les 28 février et 10 mars 2018, lors de deux dîners caritatifs organisés au profit de l’ONG Elephant Family, l’association œuvrant pour la préservation de l’éléphant et de son habitat en Asie. Le lien avec Cos d’Estournel, dont l’emblème est l’éléphant, était tout trouvé…

« Un trait d’union entre un passé qu’il incarne et un avenir qu’il préfigure » – Michel Reybier

La Parcelle des Femmes © Cos d’Estournel

“J’ai voulu rendre hommage au terroir et aux femmes de Cos d’Estournel qui, il y a plus de cent ans, ont planté ces vignes et ainsi assuré la pérennité de la propriété, explique Michel Reybier, propriétaire du domaine. Symbole de transmission, COS100 est un vin unique qui traverse les générations, véritable trait d’union entre un passé qu’il incarne et un avenir qu’il préfigure.”

A contenu rare, contenant sur mesure. Chaque Balthazar et double magnum ont ainsi été mis en bouteille manuellement au château et numérotés. Les bouteilles sont dépourvues d’étiquette et simplement gravées. Elles sont livrées dans un coffret de bois et de cuir manufacturé, faisant de chacune une pièce de collection pouvant être transmise sur plusieurs générations… Cent ans d’histoire à mettre en cave.

Marie Mascré

Bon à savoir

Après la dernière des deux ventes aux enchères organisées, les double magnums seront proposés à la vente directement auprès du domaine.