Deuxième restaurant parisien, plus décontracté que sa première adresse Tomy & Co, pour le tattoo chef Tomy Gousset. Inspiré du fameux Momofuku new-yorkais, ce nouvel Hugo & Co mêle recettes fusion et produits de saison.

Prenez un chef devenu la coqueluche du très chic 7è arrondissement de Paris, tant pour la qualité et l’inventivité de sa cuisine que pour ses bras costauds et tatoués, ajoutez un entourage sérieux et précis en cuisine, un architecte au top (Richard Lafond) et un avocat qui fait la pluie et le beau temps, sans oublier une adresse improbable… Et vous obtenez Hugo & Co.

Le principe de cette ovniesque cantine posée comme par accident au beau milieu d’un coin quasi-désertique, gastronomiquement parlant, du 5è arrondissement de la capitale, c’est de revisiter non pas les tapas (déjà vu, déjà passé de mode), mais les plats à partager. Tiens, ça me rappelle le bon vieux service à la française, qui consiste à poser des plats sur la table et à laisser les convives se servir.

Ici, on joue plutôt la carte des assiettes à partager que celle de la bistronomie. Plutôt New York que Romorantin. D’ailleurs, on est d’emblée séduit par l’assise, ni basse ni haute, une vraie trouvaille qui est loin d’être une coquetterie et offre un grand confort aux dineurs.

Difficile de s’y repérer dans les influences, tant elles sont nombreuses et les recettes savoureuses et métissées : tranches de bœuf fumé aux noisettes, pancake salée et guanciale (joue de porc italienne, l’ingrédient numéro un d’une véritable Carbonara), pecorino, cébettes et riquette, brioche vapeur bao à la queue de bœuf et légumes en pickles et cacahuètes…

Parmi les plats qui déboitent et que l’on peut quand même partager, les maquereaux tiédis et sauce chimichurri, fregole, shitakes et pignons de pin, et le porc fermier pané et œuf bio accompagnés d’un bol de riz noir, figurent en tête de liste, après deux repas effectués à l’ouverture. On notera que les légumes, toujours méticuleusement choisis par Tomy, sont en provenance directe du potager bio du Château de Courances.

On vous conseille de garder un peu d’appétit pour les desserts légers et régressifs, comme les madeleines et lemon curd, ou la glace à la mangue et tapioca au fromage blanc et le riz au lait, granola et dulce de leche, droits dans leurs bottes.

Côté vin, si on salue l’humour et l’inventivité de la carte du partenaire sommelier de Tomy (une page de bulles, un seul champagne), nous avons été un peu déçus par un Condrieu très moyen, avant qu’un Côte-Rôtie ne vienne heureusement relever le repas. Il n’y a pas à dire, aux Grands Ducs, les vins bios qui pétillent et sentent le foin, on a encore du mal non seulement à les boire, mais à les payer plus chers que les autres…

Thibaut Mortier

 

Hugo & Co
48, rue Monge
75005 Paris
Téléphone : 09 53 92 62 77
Fermé samedi et dimanche
Menu déjeuner : 27 €, 47 € et 68 € (avec vins)
A la carte, compter entre 40 € et 50 €
Métro : Cardinal Lemoine