Défonctionnalisé, le skateboard devient un espace, une surface et une matière à explorer. Appréhender ce médium récent, c’est l’objectif de Skate Art, l’ouvrage récemment paru aux éditions Cercle d’Art.

La board est-elle le prolongement de la rue ? C’est, en filigrane, l’une des questions qui s’impose au fil de la lecture. Du Street Art au Skate Art, il n’y aurait donc qu’un pas, que franchissent allègrement les artistes de notre temps. La rue est leur dénominateur commun, leurs valeurs -celles de l’accessibilité, d’une culture populaire, de l’engagement, se rejoignent. On y retrouve le sentiment d’urgence, la force vitale, la “lecture immédiate de l’image”, selon les termes de Romain Hurdequint, auteur du livre. Mais ce sont aussi les codes de l’art qui s’installent : l’objet, privé de sa fonction, devient oeuvre d’art -ce qui n’est pas sans rappeler les grands mouvements artistiques du XXe siècle, s’expose et emprunte aux chefs-d’oeuvres. Passage en revue de cinq de ces planches détournées…

Leftovers, 2015, peinture à l’huile, Eloise Dörr

L’artiste -une femme, elles sont rares dans cette spécialité, s’est donnée pour mission de récupérer et ressusciter les vieilles boards, cassées et abandonnées. Les fantômes de skaters prennent alors forme sous son pinceau…

Förster, 2014, sculpture sur bois, Marco & Sven

Les frères designers s’attaquent à la véritable planche de bois découverte en forêt, qu’ils accolent de deux paires de roues, un faux logo (Förster Skateboards) pyrogravé sur sa surface plane. Effet saisissant.

Propo, 2015, sérigraphie, The Skateroom x Paul McCarthy

L’artiste aux nombreux pieds-de-nez s’inspire ici de sa série de photographies de peluches et d’objets de consommation baptisée Propo, réalisée entre 1972 et 1983. Grâce à cette collaboration, les fonds nécessaires ont été levés pour construire… Une école de skate à Johannesburg !

“Crabs”, “F*?!ck” & “Seeds”, 2013, sérigraphie, The Skateroom x Ai Wei Wei

Le célèbre plasticien contestataire ne déroge pas à la règle en proposant une reprise de trois de ses oeuvres majeures, raturées de citations de son cru : Etude de perspective (1995-2003), Crabes (2010), et Graines de tournesol (2011). Les bénéfices de la vente des planches sont revenus à l’association Skateistan.

My eye on you, 2016, sérigraphie, Elements Skateboards x Colette x Kai & Sunny

On y retrouve le motif du duo d’artistes britanniques appliqué sur toute la surface de la planche. La série, réalisée en collaboration avec Elements Skateboards et feu Colette, s’inspire des éléments naturels (Feu, Vent, Terre et Eau).

Elsa Cau

La lecture

Skate Art, Romain Hurdequint, éditions Cercle d’art, Paris, 2018, 49 €