Ne rien faire : c’est à peu près à cette période de l’année qu’on commence à en rêver. Les pieds dans l’eau, l’esprit au large, éloignés du quotidien et du monde… Oui, on a envie de s’endormir sur un livre au soleil et de se concentrer sur son nombril. Ca tombe bien : on vous a déniché l’endroit d’égoïste par excellence, le graal de la paresse : direction Praia do Espelho !

Par Juliana Angotti (texte et photographies)

Le secret le mieux gardé de la Côte sud de Bahia

Vous savez, ces endroits secrets, qu’on aimerait garder pour soi ? Ils sont immuables, tout comme leurs habitants et leurs habitués, et c’est précisément ce qu’il nous faut. Praia do Espelho est de ces endroits là. Année après année, la même barque vert et jaune qui mouille sur le même anneau, le même pêcheur au large sourire, le même ara bleu qui depuis trente ans accueille les visiteurs sur la plage… Ici, le temps n’a aucune prise sur la réalité. Ca tombe bien, on la fuit.

Le paradis, ça se mérite

Douze heures de vol direct pour São Paulo, puis deux heures de vol pour Porto Seguro dans l’Etat de Bahia et encore près de trois heures sur une piste pierreuse plus ou moins chaotique. C’est tout blanc -saison oblige- et fourbu qu’on accède au Graal : Praia do Espelho, laplage du miroir”. C’est qu’ici, les marées et la barrière de corail arrêtent les vagues et l’eau scintillante ressemble à un miroir, tôt le matin.

Une succession de plages désertes dorées, l’Océan Atlantique vert et chaud, la forêt qui lèche l’eau, la brise tiède et salée : c’est sur cette Côte que le Brésil a été découvert par les Portugais en 1500. On comprend qu’ils n’aient pas voulu retourner dans l’Europe médiévale de l’époque.

Paresse et insouciance

Ici, pas de circulation, et certainement pas de bruit. (Sur)protégé du monde extérieur, on marche pieds nus sur des pelouses parfaitement entretenues, entre maisons multicolores et jardins d’éden. On entend les oiseaux, le vent dans les feuilles de cocotiers, les vagues et le rire de ses enfants. Le Paradis, on vous dit.

Les journées indolentes se suivent et se ressemblent : réveil avec le soleil; yoga ou méditation selon l’inspiration du jour; écriture et lecture; petit déjeuner de fruits fraîchement coupés – ah, l’odeur du bon café local ! Baignade dans l’eau salée à 26 degrés dès le matin, sieste,  batida de coco (délicieux cocktail à base de pulpe, d’eau de coco fraîche et de cachaça), ou caipirinha au coucher de soleil, observation des milliers d’étoiles -dont plusieurs filantes, à qui l’on confie le vœu d’y revenir encore et encore.

Nos adresses brésiliennes
Quand partir ? Evitez Noël, le Nouvel An et le Carnaval. Idéal de février à mai. Surtout pas juillet et août : saison des pluies !
Où dormir ? Pousada Enseada do Espelho : une petite maison d’hôtes les pieds dans le sable, parfaite pour les couples. Réserver l’unique chambre vue mer. Ou bien Pousada do Outeiro, située au bord des falaises. Cette jolie maison d’hôtes offre une vue éblouissante sur les plages de l’Océan Atlantique. Sans oublier le vaste jardin et la piscine. Autre avantage : situé dans un village privé et sécurisé, cet hôtel donne accès à un vaste Beach Club, les pieds dans l’eau. Enfin, la Villa Ocre : une villa typique à louer (idéale pour 4 personnes) avec jardin, petite piscine et le service d’une cuisinière qui vous concoctera de délicieux plats locaux chaque jour. 
Comment s’y rendre ? Contactez L’Hedonist, pour un voyage sur-mesure, spécial Grands Ducs !