Période de festival oblige, le smoking est de toutes les sorties. Si les différences existent dans la définition de la tenue de soirée selon qu’on est Américain, Anglais ou Français, quelques principes sont unanimes et à respecter afin d’éviter le fatidique faux pas -souvent vu sur la Croisette. Alors à vos nœuds papillons, on vous explique tout !

Par Guillaume Cadot

D.R.

Vous venez de recevoir un bristol sur lequel est indiqué la formule black tie ? En opposition à la white tie, la plus formelle des tenues, pour les cérémonies royales notamment, (avec frack ou queue-de-pie et noeud papillon blanc), “black tie” signifie bien que vous devez enfiler votre fameux smoking et nouer votre nœud papillon noir. Non, pas une cravate noire, comme la traduction littérale le ferait penser : vous n’êtes ni présentateur TV ni employé de l’Hôtel Costes !

Veste et pantalon : histoire de cultures

D.R.

Elle est en tissu léger et sec, laine et mohair (surtout de nos jours, les salles de réception étant chauffées), des revers en satin de soie (une particularité historique de la veste pour affronter le fumoir, les cendres de cigare glissant sur la soie), se ferme avec un bouton recouvert du même tissu, deux poches passepoilées et pas de fente arrière (on peut déroger à cette règle avec deux fentes). Il est droit, dans la même matière et sans revers, comporte un galon de soie (rappelant le revers de veste) le long de sa ligne extérieure.

D.R.

Si vous adoptez le tuxedo, la version américaine du smoking, vous enfilerez une veste à col châle. Le smoking à la française privilégie la coupe de veste droite à revers cran aiguë. Les Britanniques, quant à eux, lui préfèrent la dinner jacket, veste croisée à 6 boutons, rappelant la smoking jacket en velours vert bouteille ou burgundy que l’on enfilait jadis pour se rendre au fumoir !

La couleur, une affaire de subtilité

D.R.

Si le noir est de rigueur pour l’ensemble veste et pantalon, on le sait, c’est pour mieux laisser éclater la beauté de la femme à votre bras ! On encourage le smoking bleu nuit dont les nuances apparaîtront discrètement sous les lumières tamisées. Vous n’êtes pas invité chez Monsieur l’Ambassadeur mais plutôt à la dernière soirée Vogue ? Tentez le mix veste en velours bleu nuit, pantalon de smoking et nœud papillon sombre… Très Tom Ford ! Surtout n’essayez pas de porter un jean élimé avec votre dinner jacket... Vous n’êtes pas Ralph Lauren.

D.R.

On sait que vous vous posez la question : la veste de smoking blanche, si vous n’êtes pas sous les tropiques ou sur la Riviera, justement, oubliez-là !

Pour ce qui est de la chemise, elle sera blanche, avec ou sans plastron (on admet par ailleurs un petit faible pour le plastron plissé), la gorge cachant les boutons ou bien les boutons perle apparents.

Collet monté : col de chemise et noeud papillon

D.R.

Au niveau du col, la règle est plutôt simple : jamais de col cassé ! Le Président de la République l’arborait au dîner officiel de la Maison Blanche : ça ne se fait plus. Observez Sean Connery dans les premiers 007… Portez un col ouvert classique, vous n’allez pas au bal du village !

Le noeud est noir, en soie et se noue. Apprenez-les une bonne fois pour toutes, ces trois règles sont indissociables ! Et par pitié, pas de noeud tout fait… Le nœud à nouer, irrégulier par définition, vit et donne du panache.

Les souliers : du vernis et du velours 

D.R.

Oui, on y est : la seule et unique occasion de porter des souliers vernis ! La référence ? Les opera pump, des mocassins à gros nœud de soie noire. On peut switcher avec ses richelieus lisses et noires. Ou bien porter des slippers unis noirs ou bleu nuit. Rangez vos derby noirs ! D’ailleurs, ils n’existent pas.

Le souci du détail

D.R.

N’oubliez pas votre pochette en lin blanc, pliée façon TV Fold (droite comme la fiche cartonnée des anchormen), un oeillet rouge à la boutonnière (pourquoi pas), vos boutons de manchettes et surtout, laissez votre montre chez vous : l’usage veut que la montre s’oublie comme l’heure quand vous êtes de sortie…

G.C.

Où trouver le bon smoking ?
C’est occasionnel ? Surfer sur le site Suit Supply.
Deux fois par an, et classique ? Rendez-vous chez Hackett.
C’est un investissement ? Purple Label chez Ralph Lauren, Scabal
Unlimited ? Cifonelli, Camps de Luca ou Tom Ford
Vintage avec une belle main ? Le Vestiaire du Renard et sa sélection de vestes bespoke de seconde main.