Le petit monde feutré de la plus célèbre des boissons pétillantes vient d’accueillir un nouvel acteur aux grandes ambitions. Surplombant la vallée de la Marne, le Royal Champagne entend s’imposer comme le plus prestigieux palace de la région. Mission remplie ? Les Grands Ducs sont allés le vérifier sur place.

Par Bertrand Waldbillig

D.R.

Le Royal Champagne est mort, vive le Royal Champagne ! Ce nom évoquera à certains l’ancien relais de Poste devenu au fil des ans un hôtel de luxe au charme suranné où Napoléon himself aurait marqué une étape… A chaque établissement sa légende !

Point de carrosse pour nous, mais une rutilante Bentley Bentayga V8 de couleur Orange Flame qui nous conduit au Relais & Châteaux sur un filet de gaz. A peine 1h30 depuis le centre de Paris. Ceux qui connaissaient l’ancien établissement seront surpris en arrivant : il n’en reste rien ou presque ! Après plusieurs années de travaux titanesques, la vielle bâtisse -liftée sans retenue- se voit flanquée d’un vaste ensemble de pierre et de verre, sorte d’amphitéâtre entièrement tourné vers le premier atout du site : sa vue imprenable sur la vallée de la Marne. En face : Epernay, à droite : Hautvillers, le fief de Dom Pérignon et juste en contrebas: le village de Champillon, lui-même cerné par les vignes.

© Bertrand Waldbillig pour Les Grands Ducs

Les 49 chambres et suites bénéficient toutes de cette perspective unique, probablement l’une des plus belles de toutes la Champagne. Côté architecture, l’ensemble s’intègre parfaitement dans le paysage, avec un parti-pris ultra contemporain que l’on aurait aimé retrouver à l’intérieur. C’est une affaire de goût, mais la décoration des parties communes manque quelque peu de charisme. C’est assez impersonnel et pour ainsi dire, un peu daté. Surtout à l’étage du bar et du restaurant Bellevue, qui bénéficient heureusement de la même vue que les chambres.

Dommage, même si le restaurant gastronomique Le Royal soigne davantage sa mise en scène, avec de grands panneaux reprenant les portraits des femmes de la vie de Napoléon. Car le Premier Empire, à l’image de la silhouette équestre d’un hussard reprise un peu partout, constitue la signature visuelle de l’hôtel. A notre sens, le terroir champenois suffisait largement comme thème, mais peut-être les clients américains goûtent-ils sans modération de se voir ainsi plongés dans la « Grande Histoire ».

Au bar Le Bellevue D.R.

Pas de quoi bouder notre plaisir : toutes prolongées d’une terrasse, les chambres sont dignes d’un palace. On apprécie les délicates attentions, comme la cafetière Illy, ou ces mules-espadrilles que l’on fourre immédiatement dans la valise. Et toujours, cette vue !

Côté gastronomie ? Rien que du très positif… Un aperçu de la cuisine du chef Jean-Denis Rieubland (ex-Negresco à Nice : 2 étoiles au Michelin) nous est servi au Bellevue, la table « bistronomique » de l’hôtel. Menu entrée-plat-dessert à 39 euros, avec un ceviche de dorade suivi d’un gigot d’agneau et ses légumes de saison (provenant du potager de l’hôtel). Choix des produits, cuisson, présentation… C’est moderne, juste, joli à regarder et savoureux. Bref, une excellente surprise pour un prix plutôt raisonnable. Si le prix de la chambre (à partir de 485 euros la nuit en basse saison) vous effraie, l’option déjeuner est donc à retenir.

Au Restaurant Le Royal D.R.

Rien à redire non plus sur le Spa de 1500 m2 -opéré par les cosmétiques Biologique Recherche- qui bénéficie, on s’en doute, d’installations dernier-cri. Les deux belles piscines, quant à elles, ne sont accessibles qu’aux clients de l’hôtel. Seuls ces derniers auront donc le plaisir de barboter dans le bassin extérieur débordant sur les vignes.

Détail du SPA © Bertrand Waldbillig pour Les Grands Ducs

Pour sa vue spectaculaire, sa cuisine inspirée et ses prestations luxueuses, le Royal Champagne est une nouvelle adresse de choix pour un week-end proche de Paris. L’occasion de découvrir avec volupté un terroir inscrit au patrimoine mondial de l’humanité. Ce qui n’est pas rien !

B.W.