Comporta a la cote… Le village de sable, à peine à plus d’une heure de Lisbonne serait devenu une destination qui compte. Parce quelques happy fews ont élu leur villégiature sur ce banc de sable entre mer et campagne ? Parce qu’elle correspond à ce besoin de retour à une nature authentique, rustique et quasi déserte pour des urbains en mal de bien vivre ? Découverte.

Par Guillaume Cadot

comporta1

© Mauricia Breu

Selon certains, elle rappelle le Cap Ferret, les Hamptons ou encore l’Ibiza il y a trente ans. Peut-être… La grande différence est qu’elle restera sans doute ce banc de sable préservé… Comme le rappelle Carloto Beirao da Veiga (Espirito Santo par sa mère, la famille de banquiers portugais qui acquis en 1955 la région) « Les trois réserves naturelles sont classées. Les constructions, interdites à moins de 1 000 mètres de la plage. Les projets n’excèdent pas 0,5 % des 12 500 hectares. » Concrètement donc, seulement 7 hameaux, 65 km de plage entre la Troia et Melides, à une heure de Lisbonne.

Les urbains en quête du paradoxe hippie chic tout confort seront déçus. Pas de villas luxueuses ni de complexes hôteliers 5 étoiles nichés dans une nature policée. Encore moins de boutiques de luxe pour vendre de la sandale en cuir hors de prix et des jeans brodés.

© Guillaume Cadot

3 000 habitants l’hiver, le triple l’été, pas de discothèque, un seul hôtel haut de gamme (Le Sublime Hotel), des forêts de pins odorants, des marécages et des rizières. L’homo touristicus en mal de station balnéaire branchée ne viendra pas … ou alors qu’une seule fois !

Certes, le décorateur Jacques Grange est parti en éclaireur il y a quelques années et y a attiré sa bande. Quelques célébrités y séjournent parfois mais on est bien loin du hotspot people auquel on aimerait nous faire croire… Vous ne croiserez personne, ou presque. Et surtout… hors-saison.

© Jean-Philippe Braud

La région de Comporta cache sa sophistication derrière sa véritable rusticité. Une nature (vraiment) préservée, des dunes de sables infinies, des Comporta cabana parsemées ça et là (qui se rachètent à prix d’or un marché restreint et demandeur de nos jours) en toit de chaume.

Las Casas Na Areia © Guillaume Cadot

Pas de signes extérieurs de richesse, pas de luxe tapageur, pas de bruit, sauf celui des moustiques (rustique on vous dit). On vient pour s’y ennuyer devant des vues à couper le souffle. Déconnecter, se plonger dans un livre, sans un bruit, sans une distraction, se promener à cheval sur la plage sans heurter un parasol, faire du surf sans toucher d’autres planches, déguster des poissons frais sans croiser la “clique stéréotypée d’une ville”.

comporta3

Las Casas Na Areia © Guillaume Cadot

Hors-saison, 48 heures à Comporta suffiront pour apprécier la quiétude d’une région naturellement préservée. Atterrissez en fin de journée à Lisbonne; prenez le ferry du port de Setubal, à trois quarts d’heure de la capitale. Une demi-heure de traversée plus tard, vous voici entrés ce lopin de terre via la station banéaire Troia, la Grande Motte locale. Rien de très compliqué : l’unique route, à Comporta, est une grande ligne droite. A gauche, les rizières et les pins, à droite, les dunes de sable pour accéder à l’Océan. 

On vous conseille vivement de séjourner à Las Casas Na Areia. Trois cabanes en bois qui font office de chambres immaculées avec salle de bains moderne… Une cabane commune regroupe la cuisine et le salon avec en guise de sol… du sable fin. Si, si ! La baie vitrée s’ouvre sur un petit couloir de nage et une vue sur la campagne. Et c’est tout. Pour le déjeuner et le dîner, ne cherchez pas très loin… Les poissons et le poulpe de Sal et au Ihla do Arroz en bord de plage, feront l’affaire. 

ilha do arroz

Ilha do Arroz, D.R.

Réveil en silence. Direction le village de Comporta, à dix minutes de chez nous, pour déguster un jus de fruit frais au Colmo Bar et visiter les quelques boutiques décoratives de lieux. Et, de retour à Lisbonne, avant de prendre l’avion, faites un arrêt au déjeuner à A Cevicheria… Vous aurez eu le temps de finir votre livre…

G.C.

On y va ?
Lisbonne, à 2h30 de Paris en avion
Comporta, à 30 minutes de traversée de Setubal
Las Casas Na Areia par Silent Living : 3 nuits minimum hors-saison (du 11 septembre au 19 mai),  350 € la nuit (et la maison). 7 nuits minimum en haute-saison, 700 € la nuit.
Sal,
Praia do Pego,
Carvalhal, 7570-783
Portugal
Ihla do Arroz,
7570-789 Carvalhal,
Portugal
Colmo Bar,
7580-649 Comporta,
Portugal
A Cevicheria,
R. Dom Pedro V 129,
1250-096 Lisboa
Portugal