On a parcouru la prestigieuse BRAFA (Brussels Art Fair) le regard néophyte, flânant dans les allées au gré des nuances de verts, guidés par l’éclat des rouges. Une visite made by Pantone… Arrêt sur image !

Par Patricia-M. Colmant

Où observer à loisir des oeuvres de qualité muséale, avant qu’elles ne filent aux quatre coins du globe  ? La BRAFA est un musée à ciel ouvert, très éclectique, richement doté de peintures anciennes, modernes ou contemporaines, d’oeuvres d’artistes mondialement connus ou de jeunes dont la cote est en devenir, d’antiquités, de tapis et tapisseries, de joaillerie et d’argenterie… Un musée où tout serait à vendre.

View this post on Instagram

Visitors to the 64th BRAFA Art Fair in Brussels will find a large work by Belgian artist Paul Delvaux (1897-1994), 'Le Balcon' of 1948, at the booth of Stern Pissarro Gallery. The painting is fresh to the market, having been in an Asian collection since the 1980s. This enigmatic work is an excellent example of Delvaux's famous series of female nudes often set in dreamlike landscapes. BRAFA is one of the leading European art and antiques fairs. Here, all art works on show are for sale and quality and authenticity are two of the key requirements exhibitors face. BRAFA is an eclectic fair which encompasses a variety of specialities, from antiquity to the 21st century. BRAFA 2019 opens from 26 January – 3 February at Tour & Taxis, in Brussels, Belgium. #brafaartfair #brafa2019 #delvaux #pauldelvaux #dream #classicalbeauty #beauty #love #classicalantiquity #antiquity #architecture #nudeart #thisisbelgium#seemybelgium #sternpissarrogallery @sternpissarrogallery #modernart #artoftheday #dailypainting #artvideo #artnews #artmarket

A post shared by International Art Fair (@brafaartfair) on

Et de cette palette aux multiples couleurs, on retient un parcours aux cinquante nuances de vert : le vert argenté de cette marine Près de la grève d’Amédée Marcel-Clément, une huile sur toile (en image à la une de cet article, ndlr) de 1925 chez Ary Jan (Paris), le vert lagon du plafond du Balcon de Paul Delvaux, peint en 1948 et présenté par Stern Pissaro, (Londres), le vert aux reflets rosés du Petit arlequin de 1925 d’Anto Carte, exposé par la galerie Lancz (Bruxelles), le vert-de-gris très pâle de la goélette dans Le port de Marseille, une huile de 1916 d’Albert Marquet, à la galerie Pentcheff (Marseille), ou celui, plus soutenu des Bleuets, peint en 1928 par Moïse Kisling, à la galerie Pierre Segoura (Paris).

anto carte

Anto Carte, Le Petit arlequin, 1925 © galerie Lancz (Bruxelles)

Il y a encore le vert pastel des Oiseaux exotiques, une huile sur cuivre du XVIIe siècle de Jan van Kessel l’Ancien, à la galerie Costermans (Bruxelles), le vert jade des charmantes figurines de porcelaine Meissen des années 1770 chez Röbbig München (Munich), le vert bleuté des paysages des peintres flamands du XVIe siècle, cette fameuse Ecole du Nord qui nous fait partager le quotidien d’une époque rude, mais pleine de gaité populaire, de confiance dans les effets bénéfiques de la Renaissance, à admirer chez Florence de Voldère (Paris).

Jan van Kessel l’Ancien (1626-1679), Oiseaux exotiques © Galerie Costermans (Bruxelles)

Vert jeune pousse, vert lumineux, vert éclatant, une dizaine, une vingtaine de nuances sur la toile ébouriffante de puissance de Hur Kyung-Ae à la galerie Kálmán Makláry (Budapest). A cet endroit-même où se croisent nos deux parcours, le vert et le rouge.

Car cette artiste coréenne propose aussi une œuvre rouge intense, rouge baiser, rehaussée de lamelles aux multiples nuances rubis d’une même puissance que son œuvre verte. Avec ses acryliques sur toile (respectivement datées 2016 et 2019) Hur Kyung-Ae propose une peinture proche de la sculpture. Elle joue avec la matière et donne une épaisseur énergique à ses oeuvres.

Odilon Redon

Odilon Redon, Coucher de soleil, 1902 © Galerie von Vertes (Zurich)

On repart, cheminant au hasard des rouges. On s’émerveille devant une gourde à anses, une porcelaine chinoise émaillée, rouge de fer, époque Kangxi (1662-1722) chez Bertrand de Lavergne (Paris), le rouge sang des faucilles et marteau sur plâtre du buste de 1950 de Frida Kahlo, proposé par la galerie Sofie Van De Velde (Anvers), le rouge brique du Coucher de soleil d’Odilon Redon, une huile sur panneau datée 1902 chez von Vertes (Zurich).

le corbusier

Le Corbusier, Deux femmes couchées, 1938 © Brame et Lorenceau (Paris)

On passe du rouge sensuel d’une des Deux femmes couchées, un dessin aquarellé et gouaché sur papier marouflé sur carton (1938) du maître Le Corbusier, chez Brame et Lorenceau (Paris), au rouge vermillon de la tapisserie Lapidaire de 1963 par Victor Vasarely que propose De Wit Fine Tapestries (Malines), aux côtés de tapisseries anciennes dont les rouges lie de vin sont encore vifs malgré les siècles.

View this post on Instagram

👌🏻Repost from @galerie.steinitz – Steinitz @brafaartfair: Another view of our installation showing a fabulous pair of Regence period armchairs attributed to Louis Cresson and with their original tapestries. They are “en suite” with a pair sold by my father to the J.P Getty Museum in 1994, and I believe they are one of the most ambitious pair of XVIIIth century armchairs we ever displayed. They are framing an outrageous French Renaissance cabinet by Hugh Sambin, which although being completely out of today’s taste, remains a masterpiece, and is probably one of the pieces which gave me most pleasure in displaying this year. On the right hand side of which is an impressive, late sixteen century bronze and marble bust of emperor Hadrien attributed to the famous Roman sculptors Della Porta, who in between others were purveyors to the Farnese family. #steinitzgallery #gettymuseum #steinitzinteriordesign #renaissance #decorativearts #interiordecoration #steinitzsculpturedepartment #marble #parquetfloor #frenchantiques #brafa

A post shared by International Art Fair (@brafaartfair) on

Il y a aussi le rouge profond, acajou, des masques tribaux (la récente inauguration du Musée Royal de l’Afrique centrale qui vient d’être rénové donne un coup de projecteur aux arts premiers très présents en Belgique) comme celui de Kuba, de la République Démocratique du Congo, un bois et métal percutant à la galerie Montagut (New-York), l’ocre rouge de la vierge à l’enfant du début du XVIIIe siècle en argent, bois rouge et ébène, par Josephus Hennequin à la galerie d’Arschot & Cie (Bruxelles), rouge terracotta d’Omphale, reine de Lydie, sculpture baroque du malinois Lucas Faidherbe (1617-1697) que présente la galerie Steinitz (Paris), le rouge fraise écrasée de Points d’ancrage, une acrylique sur papier de 2012 de Pierre Alechinsky à la galerie Boulakia (Paris).

brafa

Masque de Kuba © galerie Montagu, New York

Rien de mieux pour prendre le pouls de la foire que de croiser Gilbert & George, le binôme d’artistes anglais excentriques et provocateurs qui s’est lancé dans les années soixante-dix dans l’autoreprésentation.

Cette année, sont les invités d’honneur de la BRAFA. Rouge pétard et vert qui claque de Handball en 2008 à Beard raids en 2016, leurs photomontages monumentaux aiment les feuilles de ginkgo biloba ou l’Union Jack. Ils en ont choisi cinq pour la foire, issues de séries récentes et en adéquation avec le surréalisme belge. Jeudi dernier, iIs sont venus converser -so British- avec les visiteurs, dans leurs éternels costumes… vert olive.

P.M.C.

BRAFA, jusqu’au 3 février à Tour & Taxis, Bruxelles
De 11h à 19h
Tarif plein 25 €