En seulement dix ans, Kavalan, la distillerie taïwanaise de Monsieur Lee, s’est taillé une place de choix dans l’univers très select des whiskies de qualité, fédérant même une communauté d’aficionados. Pour célébrer la première décennie de son single malt, la marque aux 280 médailles d’or s’est acoquinée avec des fûts de crus classés de la rive gauche bordelaise,  pour produire deux expressions aux caractères bien trempés… Découverte.

Par Laurène Bigeau

kavalan1

© Kavalan

A première vue, Taïwan est à des années-lumière d’un réflexe spontané d’amateur de whisky ; à première vue toujours, une distillerie qui se respecte se veut discrète ; enfin, si Taïwan est passé maître dans l’art de la gastronomie et regorge d’une street food qui s’exporte aux quatre coins de la planète (comment ne pas penser à Din Taï Fung, la seule chaîne de dim sum étoilée qui vient de s’installer chez nos voisins londoniens) elle n’est pas réputée pour sa “production liquide”…

C’était pourtant sans compter sur l’audace asiatique, pour laquelle rien n’est décidément impossible. Loin de la carte postale de distillerie écossaise perdue en pleine nature le long d’un cours d’eau au cœur des Highlands, la distillerie Kavalan trône massivement au cœur de la vallée d’Yilan, au nord-est de l’île, sous un climat chaud et humide, là encore très éloigné des conditions climatiques des contrées d’Ecosse et d’Irlande.

Lorsqu’est né le projet Kavalan, dont le nom est celui d’une ancienne tribu autochtone, la vocation du Groupe King Car n’était pas seulement de produire le premier whisky taïwanais, c’était surtout de produire l’un des meilleurs whiskies tout court… Un cahier des charges tenu et validé en quelques années seulement, par la distinction de Meilleur single malt du monde en 2015.

kavalan2

© Kavalan

Le premier atout de Kavalan, c’est de bénéficier d’un climat subtropical qui favorise un vieillissement rapide. Le second – outre les moyens techniques considérables déployés pour tendre à une qualité optimale – c’est le soin apporté à l’élevage, qui a toujours bénéficié des conseils avisés de Jim Swan, un référent du genre.  

Si la signature sherry monster se retrouve dans les whiskies de la maison, la distillerie parcourt sans cesse le monde viticole, en quête de fûts de vins capables de révéler des potentiels aromatiques inédits et équilibrés. Après les traditionnels fûts de rhums ou de brandy, le souhait s’est orienté  sur la recherche de fûts de vins aux profils tanniques, et avec une structure capable de tenir les distillats : Bordeaux s’est rapidement imposé, spécifiquement sa rive gauche où prédomine le cabernet sauvignon, un cépage tannique au profil épicé et mentholé, garant d’une certaine fraîcheur.

25 kilomètres à peine séparent Margaux – première appellation sur la route des grands crus en venant de Bordeaux – et Pauillac, qui ferme la marche avec son voisin Saint-Estèphe. 25 kilomètres et autant de minutes pour remonter le médoc le long des petites routes qui traversent une multitude de villages. Si l’une ouvre la route et passe pour être une appellation délicate, élégante, dont les amateurs louent le côté « féminin », Pauillac affirme sa différence avec une identité plus virile, produisant des vins plus épicés et plus amples. Deux voisins relatifs qui se ressemblent et pourtant que tout oppose, une théorie vérifiée sur les élevages en fûts de ces éditions limitées 10ème anniversaire. Sur le ring de la dégustation, à ma gauche, un whisky à la robe orangée : Kavalan élevé en fûts de Margaux ; à ma droite un alcool de couleur rouge cerise : Kavalan passé en fûts de Pauillac… Que le match commence !

kavalan5

Jim Swan © Kavalan

Nez serré, en contradiction avec sa couleur oxydative, le Kavalan à l’accent margalais déroute, il est sur la réserve, presque l’austérité, la retenue, un côté bourgeois protestant : on sent qu’il ne s’offre pas immédiatement. Le premier nez possède un côté vineux de petits baies de fruits rouges, et laisse deviner des notes chaudes d’épices orientales (curry, cumin) la bouche est sèche, le tout avec une certaine astringence. Un peu rough comme diraient les British, loin du côté charmeur, exubérant à souhait, presque tapageur de son camarade médocain, qui possède un nez gourmand de fruits exotiques confits (ananas, mangue, goyave) et des notes chaudes cacaotées pour offrir une bouche huileuse et suave.

Dilution de mise et fortement recommandée dans ces whiskies qui flirtent avec les 60 degrés, juste le temps de changer la donne, tout du moins pour notre timide Kavalan et sa “Margaux touch”,  qui s’effeuille en douceur pour révéler un nez mentholé d’une incroyable fraîcheur, confirmé par une bouche précise, toute en finesse. Notre boxeur a tout à coup chaussé les pointes pendant que du côté des fûts de Pauillac, on joue toujours la carte de la constance, et de l’opulence.

Deux styles, deux ambiances, donc. Tandis que du côté Margaux notre Kavalan prend une finesse qui évoque un style typé Scotland et en fait un compagnon d’apéritif idéal, sur le versant de Pauillac on est plus dans le registre digestif avec un cigare au coin du feu… L’esprit anglais n’est jamais bien loin.

Tout est affaire de choix, de goût et de curiosité. Il faudra néanmoins attendre le mois d’avril pour pouvoir se procurer l’un des exemplaires numérotés en coffret édition anniversaire. Pour les plus pressés, ces deux whiskies sont d’ores et déjà à découvrir au verre en avant-première au Golden Promise, le temple parisien de tout whisky lover qui se respecte. Et puisque vous vous demandez très certainement quels sont les châteaux dont les fûts ont été utilisés pour réaliser ces éditions limitées, un indice se trouve sur les codes barre des bouteilles, M et LT, pour Pauillac et Margaux, à moins que cela ne soit l’inverse, à vous de chercher….

L.B.

 

En pratique

Kavalan 10
th Anniversary – coffrets en édition limitée comprenant un Single malt vieilli en fûts de Margaux (124 ex) /Pauillac (138 ex) et deux verres – 349€ ttc les 100cl, titrage 57,8°
En vente à La Maison du Whisky Paris Anjou à partir d’avril 2019,
20 rue d’Anjou,
75008 Paris
Au verre au Golden Promise,
11 rue Tiquetonne,
75002 Paris