Un paradis de culture, de saveurs et d’hospitalité à 3 heures de Paris. Si l’on reconnaît Marrakech à ces valeurs qui nous sont chères, on ignore souvent qu’à quelques kilomètres au sud-est, se cache un désert préservé des hordes de touristes. Munis du tout nouveau BMW X5 50d, partons à l’assaut de cette étendue méconnue.

Par Matthieu Coin (texte et photographies)

bmw marrakech

Blotti dans les contreforts de l’Atlas qui le sublime de sa pureté, le désert d’Agafay est un désert rocailleux, tapis de nuances ocres. Nous le rejoindrons en partant de Marrakech, accompagné de Vincent Perraud, l’un de nos photographes favoris ; l’occasion pour nous de découvrir les paysages désertiques avec un œil acéré.

L’effervescence du trafic à Marrakech, majoritairement constituée de Mercos des années 70 à 90, nous invite rapidement à nous mettre en quête de grands espaces, perché sur nos jantes de 22 pouces.

Premier pit stop : le camp Terre des étoiles pour un déjeuner féérique. On pourrait croire à un mirage, mais non, c’est bien réel. Le calme plat du lieu est déroutant, comme si la vie s’était arrêtée pour ne garder que le meilleur ; les plus hédonistes d’entre nous en ferait facilement leur repaire nord-africain.

Pendant que nos papilles s’imprègnent savamment de saveurs locales dominées par le tajine, on n’a pas manqué de profiter de la vue à 360 degrés pour identifier les pistes désertiques qui fracassent l’horizon de toutes parts. A peine concertés sur la destination à envisager, nous voilà partis à l’assaut de l’une d’entre elles !

L’hospitalité légendaire des marocains a encore de beaux jours devant elle ; notre chemin croise celui d’un berbère qui nous invite aussitôt à nous retrouver autour d’un whisky berbère (comprendre thé à la menthe). De retour à nos occupations, on constate rapidement que le bloc moteur du X5 M50d s’avère parfaitement apte à arpenter les sessions de franchissement rocailleuses et abruptes offertes par le désert marocain, nous permettant de nous frotter aux parcours habituellement réservés aux buggys locaux : du pur plaisir ! Quand on pense que la plupart des modèles ne sortiront jamais des sentiers battus…bmw marrakech3

Côté conduite, le confort des sièges est impressionnant, comme soucieux de ne renvoyer que le minimum des aspérités de la route. Cette sensation est incroyable, rien ne nous semble infranchissable. Ajoutez à cela la position de conduite très haute et il devient parfois difficile de se rendre compte du niveau de dégradation des chemins empruntés. Une fois de plus, seules les technologies, vigilantes jusqu’à la marge de la garde au sol du véhicule, savent nous rappeler à l’ordre.

Mis en appétit par cette session (hors) piste, on choisit d’emprunter la route provinciale 2013, à la recherche de nouveaux paysages. Et c’est assurément le point fort de cette région : nous faire passer d’un désert aux tons ocres unis à des paysages témoignant d’une aridité encore plus forte, en passant par des plantations d’oliviers à perte de vue. Notre route, en direction de Lalla Takarkoust, longe un oued, nom donné aux rivières locales caractérisées par leur irrégularité.

Difficile de ne pas s’arrêter tous les kilomètres, tant les points de vue rivalisent de beauté ; carrières, mosquées, et terrains vagues se succèdent. Dernier plaisir avant de recouper par la route provinciale 2009, quelques photos animées par la poussière et sublimées par un sanctuaire qu’aucune carte ne saurait réellement répertorier.

La halte nocturne se fait au Palais Paysan, un hôtel au luxe discret, campé comme une oasis face à l’Atlas, promesse d’un lever dominical enchanteur. Loin des hordes touristiques, l’hôtel en paraît presque utopique, comme perdu dans un rêve. Littéralement isolé, il est nécessaire d’emprunter des routes parfois difficiles d’accès pour s’y rendre : des aspects donnant au lieu tout son charme, et justifiant pleinement les qualités de notre monture bavaroise.

Le lendemain matin nous donne l’occasion de poser les roues sur le bitume, la robustesse imposée la veille laissant place à la volupté. Sur ce type de revêtement, le mode Sport + transforme le comportement de notre SUV en celui d’une berline sportive, gommant le sous-virage, et permettant des passages en courbes rapides et sûrs. Une vraie partie de plaisir qui clôt sportivement ce week end décidément trop court !

A n’en pas douter, le désert d’Agafay et ce nouveau X5 font bon ménage. Et si vous troquiez vos futures nuits d’hôtels normandes pour le désert marocain ? Et, bien sûr, en voiture !

M.C.

BMW X5 M50d

400ch – 760nm – 2 350 kg
0 à 100 km/h en 5,2s
6,8 – 7,2 litres / 100 km
À partir de 100 350€
Nos adresses
Terre des étoiles
12 Derb El baroud,
Marrakech, Maroc
Le Palais Paysan
Douar Akrich,
Km 20 – Route d’Amizmiz,
Marrakech, Maroc