Avec un tel titre, on s’imagine aisément quittant Paris au volant d’une Lamborghini Miura pour rouler à vive allure sur cette route qui reliait Paris à Lyon avant d’enchaîner sur la N7 pour gagner la Côte d’Azur… Retour sur cet axe mythique avec le dernier-né du constructeur italien, l’Urus, un 4X4 familial aux dimensions et performances hors-normes.

Par Etienne Raynaud, photographies © LucyWillShowYou

L’axe de la grande gastronomie française

La N6 est devenue une parenthèse enchantée teintée de nostalgie tant ce ruban de goudron serpentant entre prés, bourgades endormies sans zones commerciales ou rond-points semble tout droit issu des années 50.

Longtemps porte-étendard de la gastronomie française, la N6 a vu artistes, chefs d’état et capitaines d’industrie la parcourir à vive allure en ne manquant guère de s’arrêter chez ceux qui incarnaient alors la haute cuisine française. En 1931 le guide Michelin inaugure la distinction suprême, les  trois étoiles en mettant à l’honneur l’axe Paris – Lyon – Marseille, celui de la N6 et de la N7. Dès 1935, la Côte d’Or à Saulieu décroche le graal avec son chef Alexandre Dumaine, l’un des trois mousquetaires de la gastronomie française qui en fera une destination courue par le monde entier de l’après-guerre. Bien plus tard, Bernard Loiseau reprendra la Côte d’Or afin de raviver ce mythe en lui redonnant ses trois étoiles et sa gloire perdues.

Autre lieu mythique après-guerre, le Relais de la Poste à Avallon accueillera Eisenhower venu incognito mais aussi Salvador Dali qui exigera d’être toujours servi à la même table par le même Maître d’Hôtel… Puis ce furent le couronnement de la Côte d’Or à Joigny ou encore de Jacques Lameloise à Chagny à seulement 32 ans dans une adresse transmise de père en fils depuis 1921… Le tout avant d’arriver à Lyon, la capitale du bien-manger.

C’est au volant du Lamborghini Urus que nous sommes allés à la rencontre de cet axe mythique. Le dernier avatar de la marque au taureau de Sant’Agata transpose l’exubérance et les modes de conduite pista et corsa de ses sportives extrêmes sous les lignes d’un SUV aux proportions XXL. Le confort n’est pas en reste grâce à une vision panoramique, quatre sièges inspirés des baquets des berlinettes sportives, une sono Bang & Olufsen… Vous l’avez compris, ce SUV capable de performances dantesques sait se muer en cocon familial feutré.

Nul record de vitesse pour nous mais un cheminement plus tranquille entre publicités d’époque défraîchies peintes à même les murs, garages anciens, vieilles bornes kilométriques et devantures de commerces fermés aux lettrages d’un autre temps… 

En remontant vers Paris, la N6 devenue D906 débute au nord de Chalon-sur-Saône puis serpente à travers les crus de Bourgogne avant de franchir La Rochepot et le plateau de Bel-Air. Son restoroute est entré dans l’histoire grâce à une scène mythique dans le Cercle Rouge de Jean-Pierre Melville. Ce lieu en pleine renaissance était une étape incontournable pour qui descendait vers le Sud: les routiers y faisaient refroidir freins et mécanique après le Morvan, les familles s’y restauraient.

Non loin, le superbe château de la Rochepot est plongé dans un silence forcé après avoir été acquis par un jeune investisseur ukrainien flamboyant, prétendument décédé dans son pays et désormais incarcéré en France. Lors de leurs investigations, les policiers découvriront dans le château une Rolls Royce Phantom et trois tableaux de Salvador Dali… Décidément, ces deux noms semblent à jamais rattachés aux frasques de la pourtant bien paisible N6.

Le pays d’Ouche, pays de cocagne

Nous avons fait un petit écart avec la N6 pour aller explorer le vallonné et boisé pays d’Ouche, méconnu, hors des axes touristiques bourguignons et pourtant superbe.

Notre première étape ? L’Abbaye de la Bussière rachetée il y a 30 ans par Clive Cummings, entrepreneur anglais tombé en extase devant ses murs du XIIe siècle et qui signa le compromis de vente le soir-même de son arrivée ! L’abbaye cistercienne accueille aujourd’hui le monde entier et abrite un restaurant étoilé dont la cuisine plutôt traditionnelle aux saveurs terrestres se marie très bien avec les différents crus de Bourgogne.

L’immense parc est à la fois taillé au cordeau tout en laissant la nature s’exprimer avec quelques sculptures imposantes, notamment celles de Paul Day, sculpteur britannique mondialement connu dont l’atelier est sis à deux pas de l’Abbaye. C’est aussi devenu l’étape privilégiée des supercars venus tourner sur le circuit de Dijon Prenois tout proche ou de celles ralliant Londres à la Côte d’Azur. Notre Lamborghini est un peu chez elle !

Notre seconde étape de choix est un trésor. Fred Ménager est un ancien d’Alain Chapel et a tout quitté pour s’installer en pleine nature dans la Ferme de la Ruchotte où il élève volailles de races anciennes, cochons noirs et moutons. C’est simple, les seuls animaux qu’il accepte de cuisiner sont les siens ! Sa cuisine nous plonge tout droit dans les décennies 50-60 entre repas de famille bourgeois et grande gastronomie.

Les murs sont revêtus de photos de concerts de metal, Europe s’échappe des cuisines et voici que déboule sur votre table un pâté-en-croûte de compétition, la passion du moment du chef qui s’entraîne au championnat du monde. Le menu unique varie chaque semaine, entre le tout cochon, le volaille à partager ou encore le vol-au-vent en plusieurs services, réhabilitation d’une cuisine bourgeoise de très haute volée où l’on s’attable à midi et demie jusqu’à 18 heures. Le chef saura aussi partager sa passion des autos américaines vintage, du métal et des vins nature. Réservation indispensable, mais quelle adresse !

Une fois quelques bouteilles chargées dans (l’immense) coffre du Lamborghini, le reste de la route nous offrira une plongée dans le passé avec un arrêt à Lacanche, bourgade mondialement réputée pour les fourneaux de cuisine éponymes que l’on s’arrache aux Etats-Unis, à Saulieu restée bien vivante grâce au relais Bernard Loiseau puis à Avallon où l’hôtel de la Poste a retrouvé des couleurs. On terminera ce périple par l’A6, celle qui en 1972 a tué la N6 mais ne pourra jamais rivaliser avec son ancêtre en terme d’art de vivre.

Nous reviendrons, et pourquoi pas en Lamborghini Miura, ça aurait de la gueule, non?

E.R.

Lamborghini Urus

Transmission: 4X4
Motorisation; V8, 3996cm3, 59cv fiscaux
Boite automatique: 8 vitesses
Longueur: 5,11
Vitesse max: 305 km/h
0 à 100 km/h: 3.6 s
Consommation: 10,2l/100km hors urbaine, 16,8l/100km urbaine
Tarif France hors options, taxes comprises : 216215 €
Nos adresses sur la N6

La Côte d’Or / Relais Bernard Loiseau,
2 Rue d’Argentine, 21210 Saulieu
Maison Lameloise
36 Place d’Armes, 71150 Chagny
Abbaye de la Bussière,
D33, 21360 La Bussière-sur-Ouche
Chambre à partir de 225 €
Relais & Châteaux, 1 étoile Michelin
Ferme de la Ruchotte, restaurant bio,
La Ruchotte, 21360 Bligny-sur-Ouche
Les menus vol-au-vent sont annoncés à l’avance sur la page Facebook !