Avec ses vastes domaines de chasse, sa plate campagne et sa capitale bourgeoise où prédomine l’architecture romane, le Poitou n’est souvent résumé à tort qu’à son fameux parc d’attractions orienté sur l’image. Si la gastronomie est loin d’être le principal argument local, la région ne manque pas d’atouts pour qui est féru de belles pierres, d’histoire médiévale mais aussi de mécanique… Echappée au cœur de cette région de passage, où les toits d’ardoise côtoient ceux de tuiles, pour mieux symboliser la rupture architecturale des régions du Nord et du Sud.

Par Laurène Bigeau

poitiers

D.R.

Poitiers, la ville aux cent clochers

Situé sur l’axe Paris-Bordeaux, entre terres ligériennes des rois et vignoble bordelais, le Poitou est ce cousin éloigné pour qui on a de la sympathie, mais qu’on ne visite jamais. A tort, car à seulement 1h15 de la capitale -merci la LGV – il regorge d’étapes pour qui prend le temps de vouloir le découvrir.

Surnommée la “ville des Cent Clochers”, Poitiers, ex-capitale de région dernièrement reléguée en seconde zone, offre bon nombre d’édifices religieux et de vestiges de l’ère romaine, période à laquelle elle portait encore le nom de Lemonum.

poitiers3

L’hôtel de Ville de Poitiers © Laurène Bigeau pour Les Grands Ducs

Cette petite ville bourgeoise est un réel plongeon dans le temps au travers de chefs-d’oeuvres, tel le Baptistère Saint-Jean, construit au VIème siècle et l’église Notre Dame La Grande, dont l’origine remonterait au Xème siècle, embellie par de grands chantiers entre les XII et XVI siècles. Ce fleuron de l’architecture romane attire chaque années des milliers de visiteurs du monde entier, venus admirer sa façade sculptée et les fresques d’origine le long de ses colonnes. En tendant l’oreille, on peut même parfois être touché par la grâce lorsque l’organiste fait ses gammes…

Aux alentours, le quartier historique du marché recèle de façades à colombages et offre un cadre inspirant aux apprentis juristes de cette ville qui compte près de 30 000 étudiants. En poursuivant côté plateau, on se perd à la découverte des maisons des quartiers autour de la Place de l’Hôtel de Ville (réplique miniature de celui de Paris), comme la Place de la liberté ou la rue de la Chaîne. Au gré des rues pavées, la balade mène le visiteur à la découverte de la magnifique salle des Pas Perdus du Palais de Justice, dans laquelle la Pucelle d’Orléans subit un interrogatoire, à revivre chez Luc Besson…

poitiers

La façade de Notre Dame © Laurène Bigeau pour Les Grands Ducs

Dès lors que l’estomac crie famine, une escale dans l’incroyable salle des anciennes archives de la ville, permet de se sustenter avant de poursuivre son élan mystique à Saint-Porchaire et Saint-Hilaire, autres fiertés des Xe et XIe siècles.

Dans la ville basse, en descendant la Grand Rue et la rue de la Cathédrale, la promenade digestive s’impose jusqu’à Sainte Radegonde où la légende de la Grand Goule, dragon dévoreur de moniales, hante encore les murs de cette autre beauté romane. Impossible de terminer son pèlerinage sans une alternative gothique : la cathédrale Saint-Pierre est un modèle du genre, avec sa construction démarrée en 1160, elle s’impose magistralement à la vue du promontoire de Notre Dame des Dunes, plus exubérante que l’Abbaye Saint-Jean de Montierneuf, dont les voûtes en arc de cloître renforcé rappellent -modestement- celles de Notre Dame de Paris.

poitiers5

Les maisons à colombages du quartier de Notre Dame © Laurène Bigeau pour Les Grands Ducs

Et si vous n’avez pas encore votre compte de lieux inspirants,  la cité médiévale de Chauvigny (et ses aigles) vaut on ne peut plus le détour à seulement une vingtaine de kilomètres de là, non loin du village de Saint-Savin, dont l’abbaye, classée au Patrimoine Mondial de l’Unesco, fut la révélation de la restauratrice d’art Pauline Hélou de la Grandière, dont nous avons récemment dressé le portrait

 

Les gloires locales : Poitevin la fidélité (Joël Robuchon) et La Roche Posay

Côté nourriture terrestres, les spécialités se font rares hormis les chèvres traditionnels dont le célèbre Chabichou de Ségolène. Ou encore, et puisqu’à chaque région son macaron, ceux de Montmorillon. Ce joli village est en passe de devenir un berceau de la gastronomie locale, grâce à feu son parrain Joël Robuchon, qui y entreprit la création d’un institut éponyme, dont l’ouvrage se trouve désormais poursuivi par sa fille.

dissay

Le château de Dissay, D.R.

Pour une étape de charme, c’est en direction du Nord Est qu’il faut séjourner au Château de Dissay, bâtisse dont l’origine remonte au XVe siècle, ancienne résidence des évêques de Poitiers. Majestueux, il héberge désormais une infrastructure hôtelière doublée d’un spa et d’un restaurant digne de prestations de luxe, et fut il y a encore quelques semaines, une étape de la première édition du Rallye des 1000 km

dissay

Château de Dissay, D.R.

Après quelques kilomètres au Nord, l’architecture prend des airs de Touraine avec ses paysages plus accidentés, ses maisons troglodytes, ses vignes et sa pierre de tuffeau. C’est dans la commune de Marigny Brizay, plus précisément au lieu-dit La Vauguyot, qu’est établi le Domaine Ampelidae, fer de lance de l’appellation Haut-Poitou. Le dynamique Frédéric Brochet, un enfant du pays qui compte toujours une idée d’avance, a su redonner gloire au sauvignon local, auquel on prête des caractéristiques très typées nouveau monde.

Toujours au Nord mais orienté plein Est, la petite ville de La Roche Posay, fierté locale, accueille des curistes tout au long de l’année avec les bienfaits dermatologiques de son eau, dont les produits ont su témoigner de leur réputation aux quatre coins du globe.

angles sur anglin

Angles sur l’Anglin, D.R.

C’est en passant non loin du magnifique village médiéval d’Angles sur l’Anglin, et alors que le département change, que s’annonce une table des plus enthousiasmantes. Véritable institution locale sise dans le minuscule village du Petit Pressigny, la famille Dallais pratique dans sa Promenade, une cuisine de saison guidée avec talent par le cœur. Certes l’endroit se mérite mais quand on aime… on ne compte pas les kilomètres, encore moins en ancienne !

dissay1

En ancienne au château de Dissay © Etienne Raynaud @Journeesdautomne

Une région qui célèbre l’automobile …

Et justement, cap au Sud Est, direction le village du Vigeant, connu de tout amateur de course automobile qui se respecte, pour son circuit du Val de Vienne. Avec sa piste compétition de 3,7 km en pleine nature, il réunit chaque année un plateau exceptionnel lors de son évènement Ferrari Contre le Cancer, dont la 25ème édition se déroulera entre le 30 mai et le 2 juin.

Véritable école de pilotage, présentant la particularité de proposer, entre autres, des formations sur Catheram, le Val de Vienne est également le siège de l’écurie d’endurance Larbre Compétition, qui engageait chaque année des Corvette aux 24h du Mans en catégorie GT, avant de s’orienter désormais sur des prototypes en LMP2.

poitou

Les caterhams du circuit du Val de Vienne © Laurène Bigeau pour Les Grands Ducs

Du côté de la restauration de nos chères autos de collection, les propriétaires de Jaguar anciennes viennent de l’Europe entière pour confier leurs joyaux à un autre monument local : Pierre Trichet était banquier avant d’être gagné par le virus de la course automobile. Ce restaurateur confidentiel cache son atelier aux abords de la ville.  

Les porschistes ont quant à eux,  l’embarras du choix entre deux acteurs de renom, le garage Bourgoin à Biard et l’atelier Godin situé à Neuville-de-Poitou.

Sur la route du Vigeant, un Parisien, Jean-Pierre Nylin, a posé ses valises et ses automobiles de collection au Château de Vernon. Une quarantaine de pépites, toutes en état de marche, sont exposées dans ce Musée inauguré en 2008 par Hervé Poulain et Ari Vatanen (rien que ça !) à la gloire du sport auto. Une place de choix est consacrée à la marque Helvète Sbarro.

marais poitevin

Le marais Poitevin, D.R.

En direction du mythique Marais Poitevin, les amateurs éclairés de voitures de courses sauront marquer le recueillement dans la commune de Châtillon-sur-Thouet, qui a vu la naissance du constructeur Jidé. L’aventure de son fondateur deux sévrien Jacques Durand n’a beau avoir duré que 4 ans, dont une année engagée en compétition sous le pied de Jean Ragnotti, le charme de ces autos est demeuré intact ; avec leur moteur Renault et à  leur carrosserie en polyester, il vous sera impossible d’en détourner les yeux comme ce fut pour nous le cas lors du Rallye des 100 GT en mars dernier

 

Indissociable de l’Histoire de France, la région et sa capitale sont également en pointe de la scène artistique du moment : les compères du groupe électro pop Jabberwocky ont fait vibrer les scènes de concert de France et Navarre lors de la sortie de leur titre phare Photomaton, et c’est à la Fac de Médecine de Poitiers qu’ils se sont connus… Sans oublier Malik Djoudi, autre artiste local dont la voix gracile et cristalline en a fait le chanteur que s’arrache la presse pointue, de Télérama à France Inter en passant par les Inrocks. Qui a dit que le Poitou n’était qu’une région de passage ?

L.B.

 

On y va ?
A Poitiers
Baptistère Saint-Jean, église Notre Dame, Cathédrale Saint Pierre, églises Saint-Hilaire, Saint-Porchaire, Montierneuf
Palais de Justice, quartiers Notre-Dame, Grand-Rue et Cathédrale, Place de la Liberté et rue de la Chaîne
Villages alentours
Cité Médiévale Chauvigny
Abbaye de Saint-Savin
Village d’Angle sur l’Anglin
Station Thermale de La Roche Posay
Dormir, manger et boire
Restaurant les Archives,
14 Rue Édouard-Grimaux,
86000 Poitiers
Tel. 05 49 30 53 00
Domaine Ampelidae,
Lieu-dit La Vauguyot,
86380 Marigny-Brizay
Tel. 05 49 88 18 18
Château de Dissay,
111 Place Pierre d’Amboise,
86130 Dissay
Chambres à partir de 140 €
En débordant sur l’Indre et Loire, le Restaurant La Promenade,
11 Rue du Savoureulx,
37350 Le Petit-Pressigny
Tel. 02 47 94 93 52
On rapporte quoi ?
Des macarons de Montmorillon
Partout dans la région : les galettes Goulibeur, le broyé du Poitou, ça vous parle ? Impossible de résister à celui de Goulibeur, maison familiale qui aime la galette sous toutes ses coutures, à accompagner d’un thé de la Compagnie Coloniale, une marque relancée avec panache par Vincent Balaÿ, un jeune entrepreneur plein d’audace.
Automobile
Circuit du Val de Vienne – Le Vigeant,
D8, 86150 Le Vigeant
Vernon Motor Museum,
Château de Vernon,
1 rue du château,
86340 Vernon
Tel. 05 49 45 28 72