C’est l’un des joyaux de la Méditerranée, voisine des villas Kérylos et Ephrussi de Rothschild… Elle a appartenu aux plus grands, est devenue la retraite de David Niven, les pieds dans l’eau… Bienvenue à la Villa La Fleur du Cap, pour prolonger un peu l’été.

Par Guillaume Cadot

david niven1Elle fait les honneurs de Saint-Jean-Cap-Ferrat. Baptisée Villa Lo Scoglietto puis Isoletta après sa construction par un négociant en huile d’olive niçois, Alfred Bounin, en 1880, puis son agrandissement par son fils, elle a connu une succession de propriétaires prestigieux, dont la Duchesse de Marlborough, née Vanderbilt, la cousine (haute en couleurs) par alliance de Winston Churchill, puis Léopold III, roi des Belges. Charlie Chaplin la vendra à l’acteur David Niven. Surnommée depuis Villa David Niven, elle sert d’ailleurs de décor dans le film Curse of the Pink Panther de 1983.

Dès les années 1950, une vague artistique secoue la presqu’île. On rachète la propriété de Somerset Maugham pour en perpétuer l’inspiration, Jean Cocteau rendait visite à son amie et mécène Francine Weisweiller pour peindre les murs de sa Villa Santo Sospir. Puis, la vague du glamour hollywoodien des années 1960-70 envahit Saint-Jean-Cap-Ferrat. On se donne rendez-vous pour dîner à la Voile d’Or. Tony Curtis et Roger Moore posent face-à-face comme au générique d’Amicalement vôtre. Gregory Peck, Charlie Chaplin, David Niven descendent au village pendre leur café.  Ce dernier réside à Saint-Jean-Cap-Ferrat de 1970 à 1983.

davnivhouse1

David Niven et son épouse Hjordis, déjeunant à la villa en 1971

Pour sa propriétaire actuelle, l’artiste Ana Tzarev, cette maison est un vrai conte de fées. L’histoire commence dans l’ex-Yougoslavie où Ana Tzarev épouse un commerçant, Robert Chandler, avec qui elle développe une chaîne de magasins. Dans la salle de bains familiale, Ana accroche une photo de la Villa de David Niven, la maison de ses rêves… Après avoir revendu leur commerce, le couple s’installe à Monaco. Deux de ses enfants font fortune dans la finance et décident alors d’offrir à leur mère la villa dont elle n’osait pas rêver…

G.C

Retrouvez cet article sur Cadot.fr