Pays du bout du monde béni par la nature, la Nouvelle-Zélande rassemble une ébouriffante variété de paysages. Une offrande de tous les instants qui se délecte par la route.

Texte et photographies par Damien Guillou

Punakaiki1

Punakaiki

Oubliez le temps estimé par votre GPS (et en ce moment, ça fait du bien…). Quel que soit votre point de départ et celui de votre prochain hotspot, impossible en effet d’emprunter l’asphalte néo-zélandaise pendant plus d’une ½ heure sans savourer un point de vue où une halte s’impose. C’est bien simple : du nord de l’île du Nord au sud de l’île du Sud – tous deux séparés de 2000km – ce pays semble concentrer tout ce que la Terre peut offrir de magique. Plaines et collines verdoyantes, forêts vertigineuses, glaciers, volcans, fjords, eaux limpides ou agitées de la mer de Tasman ou du Pacifique Sud, lacs : monts et mers veillent sur les routes de Nouvelle-Zélande, qui sont une destination en soi.

Bien entendu, si l’aventure commence au volant (situé à droite de l’habitacle, précisons-le !), il convient d’abandonner le plus souvent possible le bitume pour arpenter les sentiers et chemins que seul un autre caoutchouc, celui de vos chaussures, vous permettra de découvrir. Bien équipé et bien préparé (les escales pédestres en Nouvelle-Zélande nécessitent parfois plusieurs jours, et donc d’être plutôt affuté), on prend alors le temps d’entamer un autre voyage où se succèdent d’inoubliables séries de gifles animées.

L’itinéraire idéal ? On vous livre le nôtre en quelques photos (du Nord au Sud donc), mais partez du principe que, quels que soient vos choix, vous roulerez et marcherez la plupart du temps bouche bée…

Auckland1

Auckland

25h d’avion et plus de 18 000 km après votre départ de Paris (on vous conseille de vous envoler entre fin décembre et mi-mars avec Singapore Airlines pour éviter les escales trop longues), vous voilà donc dans le pays le plus éloigné de notre bonne vieille France.

Sur place pour au moins 3 semaines (plus si vous avez le temps ou envie d’une autre halte comme la Nouvelle-Calédonie), votre premier port d’attache sera probablement Auckland : un bon début pour se dégourdir les jambes, se mettre dans le rythme (il y 12h de décalage horaire, pensez à la mélatonine), récupérer son véhicule et imprimer les indispensables billets de bateaux qui vous mèneront d’une île à l’autre. Pour le reste, surtout, ne prévoyez rien. On nous a promis du busy ça et là, mais vous trouverez toujours où dormir (si ce n’est pas dans votre campervan), même en haute saison. La Nouvelle-Zélande est un pays d’émotions pures, seules elles doivent vous guider !

auckland

Auckland

 

À moins d’une heure de la plus grande ville du pays, premier contact avec l’eau à Piha. Possibilité, pour les surfeurs les plus aguerris (spot très technique et un poil dangereux !) de se tester sur les vagues de la mer de Tasman. Pour les autres, le coup d’œil et les embruns valent le détour avant de mettre cap au nord pour la Bay of Islands. Mais si la voile n’est pas votre tasse de thé, direction la côte Est et la péninsule de Coromandel.

Quelques 300 km plus bas, un peu plus au sud du Lac Taupo, bienvenue dans le Parc National de Tongariro où vous attend un des plus beaux daytrek de votre vie : Tongariro Alpine Crossing. Pierre volcanique rougeoyante, lac émeraude, cette marche hyper exigeante est un rêve éveillé (qui se poursuivra durant la nuit suivante, où vous dormirez comme un bébé…).

tac

Tongariro Alpine Crossing

Après une remise en jambe à Wellington (la capitale se situe à l’extrême sud de l’île du nord), direction l’île du sud pour au moins 3 jours et autant de nuits à marcher et dormir dans le Parc national Abel Tasman (le seul endroit où l’on vous conseille de réserver à l’avance votre hébergement, spot protégé oblige).

Retour au volant, on profite de la beauté des routes puis d’une escale à Punakaiki (un de nos coups de cœur !)…

… avant de continuer à longer la côté Ouest vers le sud jusque Wanaka, en s’arrêtant pour admirer les glaciers Franz Joseph et Rob Roy…

 

… mais aussi les lacs Wanaka et (surtout !) Pukaki.

Pukaki

Pukaki

Enfin, dernier incontournable avant de rejoindre Christchurch via la péninsule Banks, les fjords du Milford Sound.

D.G