Génie burlesque, Louis de Funès n’est pas qu’un acteur pour grosses comédies populaires. Technicien du comique, adepte de la précision du rythme, l’artiste aux 140 films était un perfectionniste inspiré par Charlie Chaplin.

Par Frédéric Brun

homme-orchestre

Dans L’homme orchestre, 1970, D.R

Longtemps, il n’a pas été de bon ton d’aimer Louis de Funès. Les “pointures” du cinéma méprisaient ce petit acteur, abonné aux personnages colériques ou veules. Il faudra du temps au comédien pour imposer son génie comique et devenir l’une des vedettes préférées du public. 

Dans les années 50, encore acteur dans l’ombre, le journal The Times, avait repéré ce pitre comme “le Chaplin français moderne”. Bien vu ! La clef de son jeu, c’est sa parfaite maîtrise du rythme. Rien de plus important que le tempo. C’est le “mouvement” du film, qu’il sait ralentir ou accélérer à sa guise. Il redoute les temps morts.

louis-de-funes-aile-cuisse

Dans l’Aile ou la Cuisse, 1976, D.R

L’acteur admirait Chaplin : “C’est la perfection même au point de vue du jeu et de la technique. Non, Chaplin n’en fait pas des tonnes ! Les gens dans la rue en font beaucoup plus, les gens au restaurant en font beaucoup plus. Nos hommes politiques en font des tonnes, et alors c’est mauvais. Des tonnes de Chaplin, c’est une petite plume rose qui vole”

Septime-restaurant

Dans Le Grand Restaurant, 1966, D.R

Pour rendre hommage à son modèle, il imagine et dirige une scène du Grand restaurant. Septime explique sa recette au policier Allemand et devient Hitler. Ou Hynkel ? Tournée en plan séquence et sans trucage, avec seulement un cache de papier devant une lampe, c’est un chef-d’œuvre de précision millimétrée pour que l’ombre dessine mèche et moustache. L’abondante filmographie recèle quelques petites pépites qui méritent d’être revues pour prendre la mesure de l’immense talent de ce petit bonhomme.

gentleman-epsom

Le Gentleman d’Epsom, D.R

 1. Le gentleman d’Epsom (1962)

Cupide, crédule, colérique, imbus: le cuisinier Gaspard Ripeux, petit bougnat enrichi, est digne de Daumier. En référence aux caricatures, Louis de Funès a l’idée de la toque démesurée. Elle fait le pendant à l’allure un peu trop distinguée pour être honnête du “Commandant” Richard Briand-Charmery (Jean Gabin). 

affiche-gentleman-epsom

D.R

Les  dialogues du film de Gilles Grangier sont mitonnés par Michel Audiard : “Petit fils d’auvergnat, fils d’auvergnat, crocodile moi-même, je refais mes additions toutes les nuits, infatigable au bénéfice, jamais d’indigestion, serpent boa. Vous pouvez pas vous rendre compte, vous c’est Saumur, les grandes écoles, on n’est pas du même milieu…”

 

 

louis-de-funes-Taxi-roulotte-corrida

Taxi, roulotte et corrida, D.R

2. Taxi, roulotte et corrida (1958)

Attention, burlesque. Une comédie déjantée par André Hunebelle (réalisateur des Fantômas). Maurice Berger, chauffeur de taxi moustachu, joue les as du volant et part en vacances en Espagne. La roulotte camoufle un trafic de diamants. 

Affiche-Taxi-roulotte-corrida

D.R

Ouvrez l’œil, parmi les douaniers  se cache le jeune Michel Galabru. Un avant-goût du Corniaud. Le gymkhana dans Paris avec le taxi modifié et ce pauvre Jacques Dufilho médusé sur la banquette arrière sont mémorables.

 

 

faites-sauter-la-banque

Faites-sauter-la-banque, D.R

3. Faites sauter la banque ! (1964)

Sans être le casse du siècle, ce devait être, en creusant un tunnel, un bon petit hold-up permettant à la famille de Victor Garnier, boursicoteur à ses heures, de se refaire.  Jean-Pierre Marielle, tout jeunot, campe André Durand-Mareuil, le banquier. Gag mémorable : l’appeau pour l’oie bernache (volatile imaginaire). 

Affiche-faites-sauter-la-banque

D.R

C’est la deuxième collaboration avec Jean Girault, après le cocasse Pouic-Pouic. Ils travailleront dix autres fois ensemble, notamment pour les Gendarmes. L’idée du tunnel pour cambrioler la banque voisine a inspiré et influencé un autre grand génie du cinéma : Woody Allen (Escrocs mais pas trop).

 

 

louis-de-funes-ni-vu-ni-connu

Ni vu ni connu, D.R

4. Ni vu ni connu (1958)

Léon Blaireau et Ovide Parju sont aussi rivaux qu’inséparables. Le braconnier (Louis de Funès) a un chien baptisé  Fous-le-camp. Le garde-champêtre (Moustache) est ballot. La vie est belle et simple à Montpaillard (Semur-en-Auxois a servi de décor). 

Affiche-ni-vu-ni-connu

D.R

Les jeunes seconds rôles ont de l’avenir (Tiens ! Claude Rich. Tiens ! Danièle Delorme. Tiens ! Pierre Mondy…). L’histoire est adaptée d’Alphonse Allais. Une répétition générale d’Alexandre le bienheureux, tournée par Yves Robert.

 

louis-de-funes-arbre-perche

Sur un arbre perché, D.R

5. Sur un arbre perché (1971)

Un huis clos en plein air, est-ce possible ? Piégé sur le haut d’un pin parasol dans l’habitacle d’une Chevrolet Impala décapotable, les nerfs d’Henri Roubier doivent être aussi bien accrochés que la voiture sur l’arbre. 

Affiche-sur-un-arbre-perche

D.R

Tourner dans les calanques de Cassis était un exercice de haut vol pour Serge Korbera. En 1971, entre l’oubliable Gendarme en balade et l’inoubliable Folie des grandeurs, Louis de Funès partage l’affiche avec son fils (6ème et dernière apparition à ses côtés) et avec Géraldine Chaplin, la fille de son modèle. 

Grâce à sa popularité, en marge des grosses machines, il a réussi à imposer des productions atypiques, parfois mal comprises, tel L’Homme orchestre, ou à porter L’Avare de Molière à l’écran. Un rêve inabouti : en 1976, après L’Aile ou la cuisse, il voulut, en hommage à Chaplin, tourner un film muet.

F.B