Le rêve de grandes machines de voyage, luxueuses et confortables fascinent l’être humain depuis des siècles. À la fin des années 1980, le concept du monospace éclate. Grands studios italiens de design et autres aventuriers cherchent une nouvelle dimension automobile. Et si le vrai luxe c’était l’espace ?

Par Antoine Minard

monospace-2

La Dymaxion, en 1933, à l’origine du concept de monospace, D.R

En développant la Dymaxion dès 1933 et la Scarab en 1935, les inventeurs américains Richard Buckminster Fuller et William Stout auront créé des prototypes expérimentaux inspirés d’une notion du voyage plus proche du train ou de l’aviation que de l’automobile. Conçue sous l’influence du courant streamline (tendance artistique américaine, rattachée à l’Art Déco, qui se développa après la crise de 1929 et place l’aérodynamique au centre de la démarche, ndlr), la Dymaxion roule à 145 km/h avec onze personnes à bord : futuriste.

Pourtant, après-guerre, la voiture de sport se développe en intégrant des performances élevées et un look attrayant comme uniques caractéristiques. Il faut attendre trente ans pour qu’ingénieurs et designers songent de nouveau à des autos où confort et modularité se placent au centre de la démarche, sans oublier les performances.

En 1983, Renault et Matra signaient un accord pour la production d’un nouveau véhicule. À cheval entre un motorhome et une berline, l’Espace bouscule les conventions. Dans la foulée, d’autres, désireux d’aller plus loin, tirent le monospace vers le haut: des exercices de style empreints de positivisme vite ringardisés par les SUV. Trente ans après, partons à la conquête du monde à bord de l’un de ces pionniers.

 

1. 1978 : Sbarro Cadillac Tag Function Car

monospace-3

 Le designer Suisse Franco Sbarro dessine pour le groupe TAG, Techniques d’Avant-Garde – société créée en 1977 par l’homme d’affaires syro-saoudien Akram Ojjeh – une Cadillac spéciale. Elle se distingue par son intérieur confortable et son gabarit démesuré, 7,10 m, 3 tonnes et ses six roues. Basée sur la Cadillac Eldorado V8, elle sera le premier bureau sur roue.

Pourtant, ce n’est qu’une carrosserie existante modifiée et aménagée. À l’intérieur on bénéficie de la télévision, de deux téléphones, de quatre fauteuils en cuir matelassés, de deux bureaux en bois massif et d’un frigo. Son propriétaire s’en sert quelque temps pour ses voyages en Europe et avant que Sbarro ne lui rachète. Elle faillit être revendue à une musicienne qui souhaitait y installer un piano !

monospace-4

 

2. 1988 : Genesis Bertone

monospace-5

 Au Salon de Turin 1988, les Italiens de chez Bertone présentent l’étonnant Genesis. Vanlike à portes avant papillon et portes arrière coulissantes tout de rouge vêtu, il accueille cinq passagers chacun sur son fauteuil, sous une grande serre vitrée. Le moteur, V12 de 455 ch de la Lamborghini Countach Quattrovalvole (!) est placé longitudinalement à l’avant et associé à une boîte automatique Chrysler.

Marc Deschamps, directeur du style Bertone, signe le dessin. Excusez-le, l’homme esquissera un an plus tard la Citroën XM. Il est aussi le génie derrière le style de la Renault 5 Turbo (1980), de concepts comme l’Alfa Romeo Defino (1983) ou la Chevrolet Ramaro (1984). Le Genesis semble pour Lamborghini le remplaçant idéal du 4×4 LM002. La marque en décida autrement (qui a dit tant mieux ?). Vous l’aurez surement admiré ou découvert à Rétromobile il y a quelques mois.

monospace-6

 

 

3. 1992 : De La Chapelle Parcours

monospace-15 

Avec le Parcours, on navigue en classe affaires. Le business man moderne n’a plus le temps, il se déplace vite et travaille tout en voyageant. Dans les airs il est en Concorde, sur les rails il occupe la première classe du TGV et sur la route il se déplacera en De La Chapelle Parcours. C’est en tout cas ce que croit le magnat français Didier Primat, passionné d’automobile et héritier de la famille Schlumberger.

L’intérieur luxueux propose ce qui se fait de mieux : sièges Recaro, peausseries épaisses, télévision, téléphone, fax … À noter que trois exemplaires seront construits (dont un seul homologué) dotés de la transmission intégrale, d’une suspension pneumatique et du V12 Jaguar ou du V8 de la Mercedes 500E. Une production était envisagée mais le groupe fera faillite avant.

monospace-10

 

4. 1992 : Italdesign Columbus

monospace-11 

Italdesign, studio créé par le grand Giorgetto Giugiaro (à l’origine des géniales Lotus Esprit, VW Golf, Lancia Delta, Fiat Panda …) en 1968 suivra à son tour la tendance du monospace classe affaires. Contrairement au De La Chapelle, Italdesign reste dans le domaine du pur concept-car, voir de l’autocar expérimental. Et ça se voit.

Croyez-le ou non, le Columbus célèbre le 500ème anniversaire de la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb. On comprend mieux son nom. Le style, ode au bio design, recherche la synthèse de l’esthétique, du confort et de la modularité. Assis au dessus d’un V12 – comme le Genesis – BMW, les sept passagers profitent d’un espace et d’une visibilité hors-normes, notamment grâce au toit ouvrant panoramique arrière. Un véritable voilier pour la terre ferme !

monospace-1

A.M