Inventé à des fins purement militaires, le 4×4 a su se transformer en véhicule de loisirs chics ou frime, voire les deux en même temps. Depuis on l’a vu accommodé à toutes les sauces. Revenons sur son âge d’or, la décennie 1980… 

Par Antoine Minard

4x4-1

DR

Qu’est ce qu’un vrai 4×4 ? “Une sorte d’automobile dont les quatre roues tournent en même temps, histoire d’user plus rapidement les pneumatiques et de consommer davantage de carburant” plaisantait Jean-Pierre Fontenay, vainqueur (entre autres) du Paris-Dakar. Sa polyvalence permet aux adultes de rouler dans la gadoue sans se faire enguirlander par leur maman.

“Sa polyvalence permet aux adultes de rouler dans la gadoue sans se faire enguirlander par leur maman.”

1. 1940 : La Jeep, agile comme une chèvre et robuste comme une mule !

L’armée américaine veut se doter d’un véhicule à quatre roues motrices pouvant transporter trois personnes avec 250 kg de charge. Agile comme une chèvre et robuste comme une mule, voilà comment on peut résumer la Jeep Willys. 

4x4-2

DR

Elle jouera un rôle majeur dans la victoire des alliés et plus de 700 000 Jeep militaires seront assemblées jusqu’en 1945. La Jeep est à l’origine du 4×4 et s’impose probablement comme la voiture la plus connue au monde.

 

2. 1945 : CJ, Civilian Jeep, comme un vieux jean

Dès l’après-guerre la Jeep devient civile, tout en gardant une rusticité certaine. Ralph Lauren, Steve McQueen ou Tintin seront séduits par son look cool. 

4x4-3

DR

C’est l’équivalent automobile du vieux jean tant aimé ou d’une chemise à col boutonné que vous pouvez porter au choix avec un look habillé ou décontracté” disait Ralph Lauren. La Jeep inspirera le Land Rover et le Toyota Land Cruiser, ce dernier claironnant une fiabilité jamais vue auparavant.

 

3. 1963 : Wagoneer, le premier SUV

À la Jeep et aux Land Rover ont succédé le Willys Wagoneer en 1963. Ce premier hybride des genres tentait outre-Atlantique le mélange de l’agrément, de l’habitabilité et le confort d’un break à l’efficacité d’un tout terrain. 

4x4-4

DR

Comble de la modernité, il proposait un six cylindres associé à une boîte automatique et une direction assistée. Le Wagoneer survivra jusqu’en 1991, plus preppy que jamais.

 

 

1978 : Du Trocadéro à Dakar

Puis vint le (ou la) Range Rover qui a entraîné le 4×4 sur l’Avenue Montaigne et dans toutes les résidences secondaires bien tenues, de la Sologne aux Highlands du fin fond de l’Écosse. 

4x4-5

DR

“Quatre voitures en une : une voiture de luxe, une voiture sportive, un break et un tout-terrain” disait la publicité !

En 1974, Jean-Claude Bertrand lançait le rallye Abidjan-Nice, Côte d’Ivoire-Côte d’Azur, ou 10 000 km pour réaliser un rêve de liberté. “Cette transat’ des sables” invente le classement scratch unique et la cohabitation avec les motos ou les camions. 

Thierry Sabine s’en inspire pour son premier Paris-Dakar qui s’élance du Trocadéro le 26 décembre 1978. Sabine était un homme de publicité et de relations publiques, tout de suite il s’assure la collaboration des médias : Max Meynier de RTL donne le ton, populaire mais surtout aventureux. Suivront Europe 1 avec Gérard Jouanny, Paris-Match, Le Point et V.S.D. Un vent nouveau d’évasion et d’aventures colle à la peau du 4×4.

4x4-8

Le Mitsubishi Pajero prend exemple sur le Range et se déclinera en grande break. DR

Pendant deux décennies, le Range portera tout cet univers vers le succès. Volumineux, confortable, performant mais aussi onéreux et grand consommateur d’essence, il fera des émules, notamment chez les constructeurs japonais. Dans les années 1980, rouler en Range Rover montrait qu’on en est, qu’on fait partie de la frange aventureuse des gens dans le coup !

“Dans les années 1980, rouler en Range Rover montrait qu’on en est, qu’on fait partie de la frange aventureuse des gens dans le coup !”

4x4-9

DR

Le 4×4, un style de vie

Maintenant que le 4×4 a sa grande épreuve sportive pour l’identifier auprès du public, une nouvelle mode était lancée. 

La société proposait davantage de temps libre, le marché du loisir se trouvait en pleine expansion et par conséquent le marché du tout-terrain aussi : on passait de l’ère de l’automobile-transport à l’ère de l’automobile loisir.

4x4-10

DR

Le 4×4 demeure l’une des voies les plus agréables pour se rendre sur lieux de pratique de ces loisirs : campagne, mer, neige, montagne… Le 4×4, plus qu’un sport, un style de vie.

En France l’explosion des ventes se fait au début des années 1980, avec un marché qui voyait ses chiffres doubler d’une année à l’autre: 11 000 véhicules immatriculés en 1982, 17 000 en 1983 et plus de 21 000 en 1984. Les tendances se sont multipliées, du Lada Niva au Rayon Fissore Magnum.

 

4. 1977 : Lada Niva, un best-seller

Il a été le détonateur en France du mouvement vers le tout-terrain et a longtemps conservé la tête du hit-parade des ventes. 

4x4-14

DR

Ce petit 4×4 que l’on croise encore régulièrement à la campagne est longtemps resté un cas unique, de par sa technique – transmission intégrale permanente ou coque autoporteuse – que par son prix de vente stagnant à moins de 60 000 francs.

 

5. 1984 : Magnum, le baroudeur en souliers vernis

Le Magnum, avec son appellation qui sent bon le champagne ne saurait renier ses origines italiennes. À priori c’est une Fiat Uno break destinée au géant Gulliver mais signée du designer italien Tom Tjaarda. 

4x4-13

DR

Sur la base d’un petit camion Iveco et avec son intérieur tout de cuir et de bois, le Magnum se voulait plus snob que jamais. 

Rare, cher et ultra raffiné il se développait un nouveau genre de baroudeurs en souliers vernis, adaptés à tous les terrains et ayant adoptés la climatisation et la chaîne Hi-Fi.

4x4-12

DR

Le 4×4 avait même son salon à Val d’Isère, et ses magazines : Auto verte – près de 450 000 lecteurs à la fin des années 1980 -, 4×4 Magazine, Tout-Terrain Magazine

Les constructeurs japonais, qui avaient copié la Jeep avec le Land Cruiser s’emparent de toutes les niches du marché : de grands 4×4 familiaux comme de petits 4×4 décapotables envahissent des trottoirs des métropoles aux bords de mers. Avec au choix des jantes chromées, un pare-buffle ou des bandes de couleurs autocollantes sur les portes, ça frimait à mort.

4x4-11

DR

Avec plus de trente ans de recul on se prend aujourd’hui à savourer ces photos de différents 4×4 et de son univers, parfois empreint d’un machisme affirmé, dans tous les cas, d’une liberté certaine et surtout d’une joie de vivre assumée.

A.M